"Dans la nuit de samedi à dimanche, j’ai été victime d’une agression à mon domicile par mon compagnon et entraîneur", débute Margaux dans sa publication Twitter. La judoka apparaît défigurée, le visage tuméfié des coups que lui aurait porté son mari. "J’ai été insultée, rouée de coups de poings, ma tête a été frappée au sol à plusieurs reprises. Et finalement étranglée", a-t-elle écrit.

La médaillée d'or aux Jeux de Tokyo explique ensuite ce qu'il s'est passé après son agression. "J’ai cru mourir, j’ai réussi à m’enfuir pour me réfugier chez mes voisins qui ont immédiatement appelé la police. J’ai plusieurs blessures dont une fracture au nez et 10 jours d’Interruption Temporaire de Travail", raconte-t-elle. Mardi, la justice française avait décidé de relaxer Alain Schmitt pour "manque de preuves", ce qui a probablement poussé la sportive française à publier son message. 

La championne de judo a exprimé sa détresse face à la décision de la justice. "Que vaut leur défense calomnieuse face à mes blessures, et le sang jonchant le sol de mon appartement ? Que manquait-il ? La mort au bout, peut-être ? C'est probablement le judo qui m'a sauvé. Et mes pensées sont aussi pour celles qui ne peuvent pas en dire autant."

Après la publication de la photo où elle apparaît défigurée, la judoka a pu compter sur le soutien de nombreux internautes, y compris celui de la figure du judo français, Teddy Riner. "Nous sommes tous profondément touchés par ce que vient de subir notre coéquipière Margaux Pinot et nous lui apportons tout notre soutien. Que faut-il faire pour que les victimes soient entendues ? Que les agresseurs soient reconnus coupables ?", a-t-il écrit.


"Chaque jour des femmes, des enfants, ou les plus démunis font face à la violence, qu'elle soit physique ou morale. C'est intolérable, inacceptable. Ce combat doit devenir une priorité, les victimes doivent être mieux accompagnées et protégées, c'est une question de vie ou de mort", a conclu le champion français.