Les chiffres de la police fédérale belge de la Direction Lutte contre la criminalité visant les biens sont préoccupants.

Lors du premier semestre de cette année, au moins 351 bandes de voleurs itinérants originaires d’Europe de l’Est ont été répertoriées. Certains groupes se composent de trois ou quatre hommes, d’autres comptent jusqu’à une vingtaine de membres. Ces bandes ont commis, en 2012, 18.750 vols avec effraction dans des habitations.

De plus en plus souvent, on constate l’implication de mineurs d’âge. "Cette année, on a ouvert 55 dossiers impliquant des enfants", explique le commissaire principal de la police fédérale Eddy De Raedt. Un quart des bandes sont originaires de Roumanie, 40 % de Croatie, 12 % de Bosnie et 11 % de Serbes. Il s’agit de gitans.

"Les enfants grandissent dans un clan et pas dans une structure familiale comme nous la connaissons. Il n’est pas question de liens d’amour entre parents et enfants. L’affection est totalement absente. Ces enfants sont amenés, étape par étape, à maîtriser l’art du vol et de l’effraction. Il existe même des écoles ! Dans des cas extrêmes, on peut même affirmer qu’ils ont été mis au monde pour voler."

Très jeunes, ces enfants sont formés au travail de terrain. Comme ils sont petits et frêles, ils peuvent s’introduire dans une maison via la fenêtre d’un WC. Ils savent aussi ce qu’ils doivent voler : de l’argent, des montres, des ordinateurs portables. Des biens que les plus âgés peuvent facilement écouler.

Leur méthode est d’une simplicité… enfantine. Un enfant sonne à la porte et propose une fleur ou un cadeau à vendre. Si l’occupant ouvre la porte, ils disparaissent aussitôt mais s’il n’y a personne à la maison, ils s’infiltrent rapidement à deux ou trois à l’intérieur. Ils se surveillent l’un l’autre pour voir si personne ne met rien en poche. Le plus jeune fait généralement le guet même si on en trouve de plus en plus qui participent directement au vol.

Le commissaire De Raedt relève aussi que ces jeunes délinquants sont endoctrinés pour ne jamais rien avouer à la police même si le butin se trouve à côté d’eux. "Ils doivent mentir sur leur âge, toujours affirmer qu’ils ont moins de 14 ans, ainsi que sur leur adresse. Ils détiennent souvent une lettre avec le nom d’un avocat. Quand on les attrape, ils restent très calmes comme s’ils n’avaient pas conscience d’avoir commis un acte répréhensible. Pour eux voler, est la chose la plus normale qui soit."

Seule note positive : ils n’usent jamais d’arme ou de violence pour ne pas aggraver leur cas.