La libération sans conditions du responsable des opérations, John de Bruin, décidée vendredi par la chambre, est également suspendue à la suite de cet appel. La libération du troisième suspect n'a fait l'objet d'aucun recours. MM. Van Rillaer et De Bruin resteront donc en détention au moins quatorze jours de plus, jusqu'à ce que la chambre des mises en accusation réexamine l'affaire.

Me John Maes, avocat de John de Bruin, a réagi brièvement lundi, déclarant qu'il prenait "acte de la décision de l'auditorat du travail qui a le droit d'aller en appel. Je déplore cette décision mais je ne peux rien y faire. Je me prépare désormais à l'audience devant la chambre des mises qui aura lieu dans les 15 jours et où j'assisterai mon client".

Van Rillaer et De Bruin, ainsi que le responsable du dépôt de Willebroek, ont été arrêtés mardi par le juge d'instruction pour suspicion dans un dossier relatif à une organisation criminelle et à un trafic d'êtres humains. Les conditions imposées aux sous-traitants seraient telles que ceux-ci n'ont d'autre choix que d'enfreindre la loi pour faire livrer leurs colis.

La chambre du conseil de Malines a décidé vendredi de libérer le CEO Van Rillaer sous conditions et de libérer le directeur des opérations John de Bruin, ainsi que le responsable du dépôt de Willebroek sans conditions. L'auditorat du travail a interjeté appel lundi contre la libération des deux premiers cités.

PostNL déplore le maintien en prison

PostNL dit lundi déplorer le maintien en prison du CEO Rudy Van Rillaer et du responsable des opérations John de Bruin. L'entreprise postale néerlandaise attend les suites du dossier et indique continuer à soutenir ses hauts responsables.