Faits divers Les deux voyageurs ont été remboursés grâce à un accompagnateur vigilant.

La présence humaine a toujours du bon. Le statut Facebook d’un accompagnateur SNCB le prouve… Ce dernier a raconté, sur le réseau social, une mésaventure survenue le 15 août dernier.

Ce jour-là, il a, en effet, effectué un contrôle qui aura fait gagner de l’argent à deux voyageurs.

"Entre Ottignies et Charleroi-Sud. Je contrôle deux jeunes garçons. Ils me tendent 6 billets : 2 billets Mouscron - Namur à 21,20 euros, ce qui fait 42,40 euros mais aussi 2 billets Namur - Ottignies à 6,60 euros ce qui fait 13,20 euros et deux billets Ottignies-Walibi à 4,80 euros, ce qui fait 9,60 euros et donc un total de 65,2 euros", raconte-t-il sur sa page.

Et de poursuivre : "Ces deux voyageurs ont moins de 26 ans. Ils auraient donc dû payer deux fois 13,20 euros (Go Pass 1 A/R), c’est-à-dire 26,4 euros. Heureusement, un document que je leur ai remis à bord leur permettra de se faire rembourser."

L’accompagnateur explique que ces voyageurs se sont rendus à la machine automatique au lieu de se rendre au guichet.

"Or, le guichet de Mouscron était ouvert. Quand un guichet est ouvert et que vous n’êtes pas certain du billet, n’hésitez pas à discuter avec nos agents ! Ou alors, le service clientèle est à votre service par téléphone pour choisir le bon ticket : 02/528.28.28.Vive les guichets", conclut-il.

Un statut qui a suscité de vives réactions. Un ami Facebook de l’accompagnateur souligne par exemple qu’il ne trouve pas les automates pratiques car il ne sait jamais quel billet prendre avec la réduction famille nombreuse. "L’appareil me propose toujours deux types de billets différents."

Et l’accompagnateur de préciser dans ses commentaires que le but du message était justement qu’il était important de se renseigner !

Les automates offrent de multiples choix

Le cas évoqué est, selon Élisa Roux, porte-parole de la SNCB, très rare. "Nos automates de vente proposent les différentes solutions c’est-à-dire le billet standard, celui pour les jeunes de moins de 26 ans, celui du billet week-end, les pass… , précise Élisa Roux. C’est ensuite à l’utilisateur de préciser quel titre de transport il prend selon son âge, sa catégorie, etc. S’il ne prend pas un billet jeune alors qu’il a moins de 26 ans, c’est dommage mais cela arrive très rarement."

Élise Roux tient également à indiquer que sur chacun des automates de vente, le numéro du service clientèle est affiché de manière bien visible. "La personne en ligne peut prendre le contrôle de la machine à distance pour apporter de l’aide et des conseils au besoin."

Enfin, d’autres canaux de vente existent comme les guichets, app, le site internet… "En outre, les membres de notre personnel sont disponibles pour informer au mieux nos clients."