Un hébergeur de migrants, frappé lundi soir au cours d'une opération policière, dépose plainte pour violences.

Lundi soir, la police a arrêté 28 migrants au cours d’une opération policière dans le Brabant flamand, sous les yeux du ministre de l’Intérieur, Jan Jambon et de son collègue secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration, Theo Francken, tous deux N-VA.

Vers 22 heures, alors qu’il attendait sa fille à la gare de Landen, Diego Dumont a vu débarquer des fourgons de police. Membre de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés, cet habitant de Lincent qui, depuis un an, héberge régulièrement des invités de passage, a commencé à filmer la scène avec son smartphone.

“Les policiers avaient pris possession du quai et attendaient devant les portes du train qui étaient toujours fermées. J’étais en dehors de la zone, je n’entravais pas l’opération et je ne m’interposais pas. Mais je filmais”, nous explique ce père de famille de 53 ans, qui tient un commerce à Hannut. Un policier lui a ordonné d’arrêter. “Je lui ai répondu que je connaissais mes droits: on peut filmer mais pas diffuser les images.”

L’agent a insisté. Diego Dumont a répété ses arguments et montré sa carte d’identité.“Il a essayé d’attraper mon GSM et trois policiers m’ont alors attrapé par l’arrière”, décrit-il. “Ils m’ont plaqué à plat ventre sur le sol. L’un d’eux m’écrasait la tête, un autre me tenait le bras droit derrière le dos et le troisième m’a donné des coups de bottine dans le côté”.

“Parce que tu es wallon”

L’homme a ensuite été relevé, menotté dans le dos et conduit vers un combi. “Ils me soulevaient les bras et ça me faisait mal. Je leur ai demandé: pourquoi faites-vous ça? Un m’a répondu, en français: parce que tu es wallon. Je croyais que j’étais dans un autre monde”.

Les policiers l’ont ensuite emmené aux urgences de l’hôpital de Tirlemont. Le médecin craignait une hémorragie ou une rate éclatée. “Il n’y avait heureusement rien de grave”. Des contusions au visage et des douleeurs aux côtes.

Les policiers, tous flamands, ont alors indiqué à Diego Dumont qu’il n’était plus arrêté. “Ils n’ont pas voulu me donner leurs noms ni leurs matricules”. L’hébergeur décide de ne pas en rester là et déposer plainte.

“Après tout ce qui s’était passé! Ils m’avaient aussi confisqué mon GSM pendant plus de deux heures.” Sa fille, qui a tout filmé, l’a rejoint à l’hôpital après avoir récupéré la voiture familiale à la gare de Landen.

Ils se rendent alors au commissariat de Hannut, qui est fermé pendant la nuit. Il y a tout de même une sonnette d’urgence... où on lui répond de s’adresser aux collègues de Liège, “vu les sous-effectifs”.

“Tellement déraisonnable”

Mardi matin, Diego Dumont est retourné au commissariat de Hannut pour déposer une double plainte pour coups et blessures mais aussi pour insultes. “Je ne veux pas qu’on se focalise sur le terme wallon. Cela aurait pu être arabe ou noir. Mais j’ai senti tellement de haine. Ce qui m’affole le plus, c’est ce déchaînement de violence. C’était tellement déraisonnable. Je me suis même demandé s’ils allaient s’arrêter. J’imagine ce qu’ils peuvent faire à d’autres. C’est épouvantable”.

Ce mardi après-midi, l’hébergeur déposera plainte devant le comité P.

Contacté à propos de l'arrestation de M. Dumont, le cabinet du secrétaire d'Etat a renvoyé vers la police. Cette dernière affirme que l'homme tentait d'empêcher l'opération. "Lors de l'action, une personne a été arrêtée administrativement car elle souhaitait empêcher le contrôle", indique ainsi la police de la zone Landen/Linter/Zoutleeuw.

Cette dernière précise que 29 migrants ont été interpellés à la gare de Landen. "Ils ont été transférés au centre de détention de la zone de police de Louvain. Toutes les personnes impliquées ont été identifiées et un rapport administratif a été établi pour l'Office des étrangers. Ce dernier a décidé de transférer 18 migrants en centre fermé."