L'un d'eux a été placé sous mandat d'arrêt et l'autre a été libéré sous conditions. Début septembre, des photos dévoilant des célébrités flamandes ont circulé sur les réseaux sociaux. Les victimes ont ensuite déposé plainte.

"Le juge d'instruction a saisi la Computer crime unit de la police fédérale dans le cadre d'un dossier concernant la diffusion d'images à caractère sexuel d'une personnalité médiatique néerlandophone, et ceci dans le but d'effectuer une enquête informatique et numérique permettant d'identifier les suspects de la diffusion des images litigieuses", a expliqué le parquet de Bruxelles mercredi.

"Deux suspects ont pu être identifiés. Il s'agit de deux jeunes hommes qui reconnaissent la matérialité des faits. L'un a été placé sous mandat d'arrêt par le juge d'instruction. Il comparaîtra devant la chambre du conseil vendredi. L'autre a été libéré par le juge, moyennant des conditions strictes", a poursuivi le parquet.

L'enquête judiciaire suit toujours son cours.

Début septembre, des photos et vidéos de BV's (bekende Vlamingen) nus ont circulé sur les réseaux sociaux, principalement sur WhatsApp et TikTok. Les victimes, notamment le chanteur et comédien Stan Van Samang, ont ensuite déposé plainte.

Stan Van Samang et son entourage remercient les enquêteurs pour leur travail efficace et ne désirent pas commenter l'affaire, a réagi l'avocat de l'artiste, Me Tom Bauwens. "Ils ont toute confiance en la justice."

L'affaire est partie d'une pratique appelée "sexting", qui consiste à se filmer ou se photographier nu et à envoyer les images, généralement à une personne de confiance. Mais derrière le profil d'un utilisateur en apparence connu ou honnête se cache parfois une personne mal intentionnée. Les images peuvent alors se retrouver en libre circulation sur la Toile, au préjudice de celui ou celle qui figure sur les images.