Faits divers À Byron Bay, l’itinéraire illogique du jeune Belge disparu.

Dix-septième jour de la disparition en Australie de Théo Hayez, ce jeune Belge de 18 ans, originaire de Bruxelles, qui se trouvait à Byron Bay, sur la côte Ouest, la nuit du vendredi 31 mai au samedi 1er juin, lorsqu’il n’est pas arrivé à l’auberge de jeunesse où il logeait. Et aucune nouvelle. Rien. Sauf qu’une chaîne locale, 9News, a pu annoncer qu’en frappant à toutes les portes sur le trajet présumé de Théo la famille de celui-ci aurait trouvé une vidéo le montrant, vivant, à 23 h 17.

Si l’on récapitule : Théo avait passé la soirée au bar Cheeky Monkey sur la Johnson Street, numéro 115, qu’il quitte vers 23 h. La nouvelle vidéo le montrerait un bon kilomètre plus loin, sur la Shirley Street.

La seule vidéo diffusée par la police est prise près du Monkey. Sur les images, rien n’est anormal. Théo est seul. Il n’a pas la démarche inquiète de quelqu’un qui se sent suivi, en danger. Hésitant, il sort son smartphone de sa poche et, marchant tête baissée, suit son chemin, sans doute via l’application Google Maps. On le voit longer la camionnette du Cheeky avec l’intention de traverser. À 23 h 17, il a atteint Shirley Street, semble toujours suivre Google Maps et, selon sa cousine Lisa Hayez, traverse à droite pour rejoindre Childe street avec, au n°25, l’auberge de jeunesse Wake Up. Il lui restait quelques centaines de mètres. Dix à douze minutes ? Suffisant pour disparaître.

Sans davantage préciser, la police australienne ajoute que le 1er juin, donc au moins 40 minutes après la vidéo sur Shirley Street, le GSM de Théo a été borné au cap Byron. Ça, c’est illogique. Byron Cape se trouve complètement à l’autre extrémité de la ville, dans la direction opposée à celle de l’auberge où Théo se rendait. Et assez loin : au moins 4 km.