L’objet long d’1,5 mètre a été retrouvé non loin de l’une des plages de Byron Bay, là où le jeune Belge a disparu le 31 mai.

Un bâton ensanglanté a été retrouvé dans des dunes de Byron Bay, où Théo Hayez, 18 ans, a disparu, rapportent le Daily Mail et news.com.au. Le jeune Belge, qui voyageait en Australie en compagnie de sa cousine, n’a plus donné signe de vie depuis le 31 mai.

Ce bâton, long d’1,5 mètre, porte l’inscription The Judge (Le Juge). Il a été retrouvé dans les dunes de Clarkes Beach, l’une des plages de Byron Bay, dans le nord de la Nouvelle-Galles du Sud, lieu de disparition de Théo Hayez.

C’est un volontaire qui a retrouvé l’objet en nettoyant cette plage occupée la nuit par des SDF, trois semaines après la disparition du jeune homme. Le bâton serait en possession de la police. Il y a quelques jours, l’épouse du volontaire a publié une photo du bâton sur Facebook, se demandant dans son commentaire pourquoi elle n’avait "jamais eu de nouvelles" de la part des autorités locales.

Contacté, le parquet fédéral belge a déclaré ne pas être au courant de cette découverte.

Théo Hayez a été aperçu la dernière fois à la sortie d’une boîte de nuit d’où il avait été éconduit le 31 mai, à environ 2 kilomètres d’où il résidait. Son téléphone avait été borné le lendemain près du phare de Byron Bay, au nord-est de la station balnéaire.

Le 7 juillet, une casquette de marque Puma avait été retrouvée dans des buissons près de Tallow Beach, une autre plage située à quelques minutes du phare de Byron Bay, dans la direction opposée de son auberge de jeunesse. La famille du disparu, qui a eu accès aux données de son compte Google, est convaincue qu’elle appartient à Théo.

"La casquette trouvée était exactement le même modèle et la même couleur… montre la même usure sur le bord, et l’endroit où elle a été retrouvée correspond exactement à l’une de ses dernières positions GPS connues", avait indiqué la famille de Théo sur leur page Facebook "Looking for Théo Hayez". Elle attend toujours les résultats ADN.

Les recherches matérielles de la police australienne ont pris fin début juillet, mais les battues menées par les volontaires se poursuivent.