Faits divers

Âgée de 43 ans, Hilde Arts n’avait plus donné signe de vie depuis dimanche, 4 heures du matin. Ce mercredi, son compagnon l'a finalement retrouvée saine et sauve dans un hôpital psychiatrique. 

Les pompiers l'avaient au préalable prise en charge  à la suite d'un malaise dimanche matin à la sortie d'un train en gare de Calais. Parce qu'elle était désorientée et sans papiers d'identité, ceux-ci avaient alors pris la décision de la transférer dans un hôpital psychiatrique où son compagnon a pu l'identifier après plus de 48 heures de recherche intensive.

Originaire d’Anvers, cette professeur à l’Académie d’arts graphiques d’Anderlecht était – pour rappel – arrivée à Boulogne avec son compagnon dans la soirée de samedi vers 23 heures en empruntant le dernier train en provenance de Calais. 

Le couple n’avait ensuite pas réussi à embarquer sur un bateau en direction de l’Angleterre et s’était donc résolu à passer la nuit sur Boulogne. Seul bémol ? Nos compatriotes n’avaient jamais trouvé de chambre disponible et avaient en conséquence fini par se réfugier dans l’habitacle d’un véhicule pour y dormir.

Hilde Arts s’était réveillée avant son compagnon et s’était ensuite remise toute seule en quête d’une chambre d’hôtel. Lorsqu’elle avait voulu revenir sur ses pas, elle n’avait pas réussi à retrouver le véhicule dans lequel elle avait abandonné son compagnon.

Résultat ? Trempée jusqu’aux os, Hilde Arts s’était présentée dimanche aux alentours de 4 heures du matin au commissariat de Boulogne en expliquant avoir perdu la trace de son compagnon. Les policiers français l’avaient invitée à patienter, le temps de lancer les recherches, mais Hilde Arts avait mystérieusement disparu quelques instants plus tard...

Son compagnon s’était présenté au commissariat quelques heures après pour signaler à son tour la disparition de sa compagne. Entre-temps, l’homme avait même collé des affichettes un peu partout à Boulogne. Aujourd'hui, tout est heureusement bien qui finit bien !