Faits divers

La ministre de l'Education a décidé de diligenter une enquête pour faire la lumière sur cet incident.

Un élève de l'athénée royal Leonardo da Vinci, à Anderlecht, aurait été tabassé par d'autres jeunes parce qu'il n'approuve pas l'attaque perpétrée au siège de Charlie Hebdo, rapporte lundi notre journal. Avertie des faits, la ministre de l'Education Joëlle Milquet a demandé au préfet coordinateur de zone d'ouvrir une enquête, signale son porte-parole, Olivier Laruelle. D'après La Dernière Heure, au lendemain des tueries de Paris, un professeur d'histoire de l'athénée a fait valoir devant ses élèves que des caricatures ne peuvent pas justifier des assassinats. Sur les 20 élèves que compte la classe, 18 ont ensuite signé une pétition demandant la démission de cet enseignant.

L'un des deux non-signataires se nomme Amadou D., un jeune de 20 ans. Quelques jours après son refus de cautionner la pétition et après avoir été harcelé, il aurait été frappé à coup de battes de base-ball.

"On est très préoccupé", admet Olivier Laruelle. Mardi en fin de matinée, le préfet coordinateur de zone, qui représente le pouvoir organisateur, se rendra à l'athénée royal Leonardo da Vinci pour tenter d'y voir plus clair. "L'enquête pourra permettre d'identifier les responsabilités des acteurs", précise le porte-parole de la ministre.

Une enquête judiciaire est également en cours.