Faits divers

Le tribunal correctionnel de Gand a accordé mercredi la suspension du prononcé à une femme de Maldegem (Flandre orientale) qui saupoudrait de sel les tartes vendues par les repreneurs de sa boulangerie. Selon son avocat, le tribunal a tenu compte du fait que sa cliente n'avait pas été épargnée par le destin. La femme exploitait auparavant elle-même la boulangerie, située en-dessous de son appartement. Elle l'a vendue à la suite du décès de son mari dans un accident de la route, en 2009. Elle habitait toutefois encore au-dessus de la boutique en 2011, lorsque les repreneurs ont reçu des plaintes de clients concernant des pâtisseries trop salées. L'ancienne exploitante a alors été surprise en train de saupoudrer les tartes de sel, en pleine nuit.

Le ministère public avait requis une peine de trois mois de prison à l'encontre de la fautive, mais le tribunal ne l'a pas suivi. Tout en la reconnaissant coupable, il lui a accordé la suspension du prononcé compte tenu de son état dépressif à la suite du décès de son mari, du fait qu'elle a exprimé des regrets et a entre-temps refait sa vie grâce à un nouveau travail et un compagnon, selon son avocat.

La femme doit tout de même s'acquitter de 1.000 euros de dédommagement pour chacun des deux repreneurs.