Faits divers La chambre du conseil de Liège examinera le mandat d’arrêt du suspect du meurtre.

Ce mardi, la chambre du conseil va décider de la poursuite ou non du mandat d’arrêt émis à charge de Vincent N., un quadragénaire accusé d’avoir égorgé sa compagne dans la région hesbignonne.

Pour rappel, vendredi, un corps sans vie a été découvert à Meeffe dans l’entité de Wasseiges, en province de Liège.

Nathalie Destiné, âgée de 40 ans, a été découverte sans vie dans sa maison qui se trouve dans la rue de la Petite Rhée dans le village de Meeffe. Il est rapidement apparu que la dame avait été victime d’une mort violente.

Une autopsie a rapidement été pratiquée sur le corps de la victime. Il apparaît des premiers éléments de l’enquête que Nathalie Destiné a reçu de nombreux coups de couteau au niveau de la gorge. Des coups portés qui peuvent être qualifiés d’égorgement.

Après ces devoirs réalisés sur la victime, le corps de Nathalie Destiné a été rendu à ses proches. L’enterrement de la quadragénaire devrait donc avoir lieu le même jour que l’examen en chambre du conseil du mandat d’arrêt du suspect de son meurtre.

En effet, les enquêteurs ont rapidement mis la main sur un suspect puisque Vincent N., le compagnon de la victime, a été directement arrêté après la découverte du corps sans vie.

Samedi matin, le suspect a été mis sous mandat d’arrêt. L’homme a été entendu par les enquêteurs. Il est rapidement passé aux aveux d’avoir tué sa compagne, mais a expliqué les circonstances dans lesquelles les faits se sont produits.

Ainsi, l’homme a expliqué qu’il a attenté à la vie de Nathalie Destiné lors d’une dispute qui a mal tourné. Il aurait porté de nombreux coups de couteau à hauteur de la gorge à sa compagne, entraînant le décès de la victime.

L’enquête devra préciser si Vincent N. aurait agi après avoir été provoqué ou en état de légitime défense. Il a fait part de certains éléments qui seront ou non confirmés par les investigations des enquêteurs.

L’homme est inconnu des autorités judiciaires. Le suspect est détenu à la prison de Lantin. Il sera défendu par Me Alexandre de Fabribeckers.