Faits divers La députée bruxelloise MR Aurélie Czekalski dénonce un certain immobilisme alors que le problème des returnees se pose.

On les appelle les CSIL pour cellules de sécurité intégrales locales. Elles ont été créées à l’initiative du gouvernement fédéral dans le but de lutter efficacement contre le radicalisme et l’extrémisme violent, après les attentats de Paris et Bruxelles.

Des cellules regroupant différents acteurs pour assurer la détection et le suivi des personnes radicalisées qui, selon la députée bruxelloise MR Aurélie Czekalski, ne seraient pas opérationnelles partout. La libérale a mené son enquête et pointe notamment l’immobilisme de ces cellules tant à Molenbeek qu’à Schaerbeek.

(...)