Les images sont choquantes. Sur une vidéo, on voit un jeune homme mettre au sol un individu et le rouer de coups. Ce dernier reste à terre, impuissant. Un ami de l'agresseur filme la scène tandis qu'un autre donne des coups de pieds sur le crâne de l'agressé. Dans une autre vidéo, un adolescent se retrouve menacé et est obligé de se mettre à genoux afin de s'excuser. L'un des agresseurs lui crie dessus "Zemel", un qualificatif peu courtois et dérivé de la langue arabe utilisé à l'encontre des personnes homosexuelles. Divulguées sur les réseaux sociaux le 12 août dernier, ces vidéos alarmantes auraient été réalisées dans le voisinage du Hal 5 à Louvain.

La police, qui a ouvert une enquête jeudi dernier, a communiqué sur le sujet. “La zone de police de Louvain a pris note d’une vidéo violente qui circule sur les réseaux sociaux et qui aurait été enregistrée à Louvain”, a déclaré le porte-parole de la police Nicolas Del Piero. “La police prend ces faits au sérieux et une enquête a été ouverte”.

Les personnes LGBT particulièrement visées

Ce ne sont pas les seules images qui ont été détectées par la police, dans un groupe de discussion en ligne nommé Criminal System. Il réunit environ 600 personnes qui appellent et partagent des contenus extrêmement violents, essentiellement à l'encontre de la communauté LGBT. Selon nos confrères de HLN, Criminal System serait également présent sur Instagram et regroupe 5000 abonnés.

Ces nouvelles vidéos effrayantes ont été dévoilées et partagées via Telegram. Cette application offre à ses membres un haut niveau de confidentialité dans les messages qui y sont diffusés. De manière anonyme, les utilisateurs peuvent rejoindre des groupes afin de déverser leur haine et faire de l'apologie à la violence. Voici notamment l'un des messages que l'on peut retrouver sur l'application. "Les homosexuels sont l’une des plus grandes maladies au monde, ils doivent être massacrés". Une violence inouïe.

© TELEGRAM

Sur le groupe Criminal System, on peut ainsi voir des vidéos réalisées par des Tchétchènes notamment. Ces derniers attaquent des personnes LGBT et cherchent à collecter des informations à leur sujet. Une fois qu'ils ont réuni ce dont ils ont besoin, ils contactent les futures victimes en ligne et les traquent via leur adresse IP. Après l'article d'HLN à ce sujet, le groupe a disparu de Telegram et d’Instagram.

L'inspecteur de la police de Louvain, Nicolas Del Piero, s'est également exprimé à ce propos. “Les nouvelles images font partie de la même enquête", explique-t-il. "Nous enquêtons sur deux volets: les faits visibles de la violence et la diffusion des images. Comme les faits ne se limitent pas à Louvain, nous avons contacté d’autres services de police”.