Jusqu’à 22 ans de prison étaient réclamés à leur encontre mais les voilà libres en raison des erreurs commises par les enquêteurs

C’est un précédent qui laissera des traces. Alors qu’ils risquaient jusqu’à 22 ans de prison, ce que réclamait le ministère public, voilà trois criminels acquittés pour un violent home invasion commis à Tamines en 2016. Seul un membre de la bande, bande bien connue de la justice pour de nombreuses prises d’otages et autres faits criminels plus graves les uns que les autres, se retrouve condamné. Les trois autres sont tous acquittés. C’est ce que la cour d’appel de Liège vient de confirmer dans son arrêt. Un arrêt particulièrement sévère à l’encontre des enquêteurs namurois e charge de ce dossier. Et pour cause, c’est de par leur travail, que la justice en vient à devoir acquitter les trois hommes. Plusieurs failles ont été soulevées dans l’enquête, qualifiée de malhonnête  notamment par les avocats Jean-Philippe Mayence et Elena d’Agristina.

Il ressort une impression de profond malaise quant aux conditions dans lesquelles les éléments de preuve ont été recueillis et quand à l’accumulation de lacunes dans l’instruction ; ce qui laisse planer l’hypothèse qu’on voulait des coupables à tout prix parce que les faits étaient crapuleux. Des hypothèses de travail sont vite devenues des affirmations des enquêteurs namurois”, a notamment précisé la cour d’appel de Liège.

Un des policiers visés avait été suspendu, les autres sont toujours en fonction. “La malhonnêteté des enquêteurs doit inquiéter les démocrates”, nous précise l’avocat Jean-Philippe Mayence, particulièrement satisfait de cette décision judiciaire qui, estime-t-il, préserve les droits de la défense.