La famille Crawford a développé une passion pour la course à pied. Les parents, Ben et Kami, ont embarqué leurs six enfants dans ce sport, et ont d'ailleurs une page Instagram qui relatent leurs différents défis sportifs, principalement des trails et des marathons ou semi-marathons.

Une belle passion commune, qui fait que la famille est suivie par plus de 15.000 personnes sur les réseaux sociaux. Mais dernièrement, les followers des Crawford ont jugé que les parents avaient été un peu loin, rapporte Het Laatste Nieuws. Ils ont en effet embarqué leur fils de six ans, Rainier, dans un marathon à Cincinnati. Toute la famille a couru les 42km entièrement, y compris le petit garçon... en 8 heures et 35 minutes. Les cinq frères et sœurs de Rainier, qui avaient déjà couru un marathon, l'ont attendu à 1,5 kilomètres de l'arrivée pour que les huit membres de la famille puissent franchir la ligne ensemble.

Depuis la publication de l'exploit familial, les critiques fusent sur Instagram. Les internautes jugent Ben et Kami irresponsables d'avoir fait courir 42km à leur petit garçon. Certains parlent même d'"abus" envers Rainier, et des participants au marathon ont affirmé avoir vu le garçonnet pleurer durant une grande partie de la course, et tomber de fatigue. Une photo prise à mi-parcours montre d'ailleurs Rainier fatigué, les yeux rouges.

De plus, des internautes dénoncent "le chantage" que la maman a exercé sur lui, notamment en lui promettant des chips Pringles s'il terminait le marathon. En effet, Kami elle-même a raconté sur le compte Instagram de la famille que Rainier avait fondu en larmes à près de dix kilomètres de l'arrivée, car il n'y avait plus de chips pour lui au ravitaillement. "Sur le parcours du marathon, Rainier savait qu'on distribuait habituellement des Pringles", a expliqué Kami, racontant ensuite qu'une fois arrivé au ravitaillement en question, après environ 32km et sept heures de course, les paquets de Pringles étaient vides. "Il pleurait et nous avancions lentement, alors je lui ai dit que je lui achèterais deux boîtes s'il continuait à avancer [...] Aujourd'hui, je l'ai payé", a écrit la maman dans une publication où Rainier montre fièrement ses paquets de chips, quelques jours après la course.


Suite au déferlement de critiques, les parents Crawford ont à nouveau pris la parole sur les réseaux sociaux. "Nous n'avons jamais forcé nos enfants à courir le marathon. Nous donnons à nos enfants la possibilité de choisir n'importe quelle race. Nous étions prêts à débrancher la prise à tout moment si Rainier le demandait ou si nous voyions que ce n'était plus sûr. Nous lui avons demandé à plusieurs reprises s'il voulait s'arrêter. Chaque fois, il a été très clair: il voulait continuer. Nous n'avons remarqué aucun signe d'épuisement ou de déshydratation et avons exaucé son souhait de continuer", ont écrit Ben et Kami, affirmant que oui, leur fils avait pleuré durant le marathon, mais "il a fait une chute, et puis chaque membre de notre famille a pleuré pendant des marathons". Des excuses qui n'ont pas convaincu les internautes, qui affirment principalement qu'un enfant de six ans est incapables de décider s'il veut courir 42km, il ne peut pas savoir ce que cela représente.


L'histoire ne se termine d'ailleurs pas très bien pour la famille Crawford, car elle a reçu la visite des services de protection de l'enfance quelques jours après la course. Les six enfants, leurs parents et même les grands-parents ont été interrogés par les membres des Child Protective Services, auprès de qui sept plaintes auraient été déposées pour maltraitance envers le petit Rainier.