Exclusif: une nouvelle lettre de Trabelsi!

Faits divers

Nawal Bensalem

Publié le

Exclusif: une nouvelle lettre de Trabelsi!
© Vanzeveren

Le détenu nous écrit une nouvelle fois et promet de "prouver son innocence"

BRUXELLES Hier matin, dans la boîte aux lettres de la Dernière Heure, une grande enveloppe brune signée Nizar Trabelsi nous attend. C'est la seconde fois que le détenu de la prison de Nivelles nous adresse un courrier. Souvenez-vous, dimanche dernier, nous vous en révélions le contenu en exclusivité.

Cette fois, c'est une lettre bien plus longue que nous a écrite celui qui est soupçonné avoir voulu s'évader de prison, accompagnée d'une série de documents plus intéressants les uns que les autres.

Dans sa lettre qu'il nous a personnellement adressée, rédigée le 26 décembre, soit ce mercredi, Nizar Trabelsi s'exprime longuement. Celui qui a été condamné le 9 juin 2004 à dix ans de prison pour avoir projeté un attentat sur la base de Kleine-Brogel répète qu'aucun indice ne permet de le soupçonner de projeter des attentats sur notre territoire.

"Je vous ai promis de montrer mon innocence malgré que je ne sois pas coupable. Mais on reste coupable envers le peuple et je vais entrer dans ce combat avec eux jusqu'au bout. S.V.P, imaginez un tout petit peu un détenu terroriste en prison qui veut s'évader, un détenu bien cramé. Il doit préparer son évasion comme il faut dans une prison où je vous assure que même ma grand-mère à l'âge de 82 ans prendrait maximum deux jours pour partir, tellement c'est facile à Arlon. [...] Le directeur de la prison d'Arlon m'a convoqué dans son bureau le 25 novembre dernier vers 9 h 30. Il m'a dit qu'il allait me mettre en régime strict car le 21 novembre 2007, il avait été convoqué par la police qui lui a dit que Trabelsi allait s'évader de sa cellule le 22 novembre au soir [...] Je suis resté à Arlon jusqu'au 23 novembre à 14 h 30 [...]".

Et l'ancien footballeur qui a mené une carrière sportive en Tunisie, en Allemagne et en Belgique jusqu'en 1995, de poursuivre sa lettre avec toute une série d'arguments prouvant selon lui (documents à l'appui) qu'il avait bien d'autres projets que celui de l'évasion.

"J'étais programméseulement à tuer. J'ai changé"

Et de conclure en nous rappelant que ses ennemis sont les Américains. "Je suis un homme de parole dans le bien et dans le pire. J'ai pensé que le pire était derrière moi. C'est le contraire, le pire est devant moi et ma femme face à ces quelques êtres humains qui sont devenus des machines programmées seulement pour le mal. J'étais programmé seulement à tuer, cela, c'est ce que j'ai appris en Afghanistan et j'ai commencé à changer mes idées et à penser positivement malgré cette haine que j'ai dans mon coeur et dans mon sang contre les Américains, pas contre les Européens [...]", poursuit Nizar Trabelsi dans sa seconde lettre adressée à votre quotidien à l'heure où le dispositif d'alerte antiterroriste (mis en place suite à une enquête sur un plan d'évasion de Trabelsi) est maintenu à Bruxelles et jusqu'au 2 janvier.



© La Dernière Heure 2007

Newsletter DH Actu

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info