Faits divers La présidente du Conseil des femmes francophones de Belgique dénonce le manque de réactivité des autorités face aux féminicides.

"La lutte contre les violences envers les femmes n’est pas un phénomène nouveau. On se bat contre ça depuis plus de quarante ans. Pourtant, on n’arrive pas à mettre en place de politiques efficaces pour venir en aide aux cibles de violences", déplore Sylvie Lausberg, présidente du Conseil des femmes francophones de Belgique, coupole qui regroupe une cinquantaine d’organisations de femmes francophones, au lendemain de l’assassinat d’Aurélie Montchery.

(...)