Faits divers Blanchi pour son attentat raté contre Albert II, il parle

BRUXELLES Impressionnant de croiser (en liberté) Juan Fernandez-Krohn. Drôle de type.
Il y a vingt ans le 12 mai 1982 Fernandez-Krohn alors armé d'une baïonnette fendait la foule pour sauter sur Jean-Paul II en visite de béatification à Fatima.
En février 1996, il balançait des cocktails Molotov à Bruxelles sur le siège de l'organisation basque Herri Batasuna.L'an passé, ce n'était plus le pape mais Albert II... qu'il avait confondu car il souffre d'hypermétropie avec le roi Juan Carlos. Faits pour lesquels son avocat vient d'obtenir le non-lieu...
Alors, hier, Juan Fernandez-Krohn revient sur son passé. Fondamentalement il ne regrette rien. Le pape continue de ne pas être son grand copain mais il ne regrette pas, au fond, de l'avoir manqué. `Ça me permet de dire que je n'ai pas de sang sur les mains. Fatima, c'était un acte d'hostilité contre le carcan clérical. La baïonnette, je me l'étais procurée aux Puces à la Porte de Clignancourt. Je ne le referais pas aujourd'hui mais je ne regrette pas non plus´.
Condamné à 7 ans au Portugal, il en fait la moitié puis séjourne quatre ans en... monastère chez Mgr Lefebvre dans le Valais suisse à Ecône avant d'opter pour la Belgique en mars 1987. Place des Palais, l'an passé, il déjoue la sécurité pour foncer sur Albert II. L'objectif pourtant était bien Juan Carlos et pas le souverain belge. `J'envisage d'ailleurs d'adresser par écrit mes excuses pour les désagréments au Roi des Belges. Je savais que Juan Carlos arrivait en Belgique. J'avais repéré les lieux. À la différence de l'attentat contre Jean-Paul II, je n'étais pas armé. Je me suis trompé de roi. Mon but, le 16 mai 2000, c'était interpeller bruyamment Juan Carlos sur un sujet tabou en Espagne, le décès de son frère Alfonso à Estoril en mars 1956. J'avais constaté qu'en Belgique, le roi des Belges avait accepté de lever un coin du voile sur sa vie privée, je veux parler de Delphine. Bon, j'ai raté mon coup. C'est comme ça! Puis j'ai un peu été malmené par la police. C'est le jeu´.

M Fernandez-Krohn, êtes-vous fou?
Vous savez, en considérant que j'étais responsable de mes actes, la justice belge m'a délivré un certificat de bonne santé mentale....

Ça vous a surpris?
Personnellement, je n'avais pas beaucoup de doutes. J'aime assez une phrase qui figure dans l'expertise mentale et me colle les étiquettes d'illuminé, d'excentrique et de fanatique. Un journaliste a parlé, lui, de `semeur de panique...´ Un peu comme ce tableau de Goya où l'on voit un géant dans une foule en débandade...

Vous identifiez-vous aux entarteurs du style Noël Godin ?
Rien à voir...

Jean-Paul II... Juan Carlos... Jamais deux sans trois?
Je me suis engagé à renoncer à mes coups d'éclat... C'est définitivement fini...

En Belgique... mais sur la planète?
C'est à voir. C'est vrai que je ne vois pas pourquoi je m'interdirais une future action publique non violente...