Faits divers Sans même avoir pris la peine de se déplacer jusqu'au tribunal, les deux automobilistes qui faisaient la course - flashés à 184 et 216 km/h - ont tout simplement été acquittés.

Deux automobilistes hennuyers de 34 et 37 ans ont été acquittés, vendredi, par le tribunal correctionnel de Courtrai, alors qu’ils étaient poursuivis pour avoir fait la course sur l’A17 et y avoir été flashés à 184 et 216 km/h à hauteur de Ledegem.

Et c’est la preuve que la lenteur naturelle de la justice et la lourdeur des procédures suffisent à obtenir la prescription.

Leur avocat Christophe Redko raconte n’avoir eu aucun effort à fournir : les automobilistes ont été acquittés hier sans même s’être déplacés à aucune des audiences.

Ces automobilistes de La Louvière et Strépy-Bracquegnies étaient jugés pour avoir foncé, pied au plancher, le 21 juillet 2012, sur l’A17 Courtrai-Gand.

Le premier à 216 km/h au volant d’une Honda Accord. En voyant le flash du radar, le second, en Audi A4, a freiné mais sa vitesse fut néanmoins encore mesurée à 184 km/h.

Leurs dossiers étaient traités par le parquet de Courtrai… nettement moins rapide qu’eux, puisqu’il fallut 18 mois au ministère public pour fixer l’affaire devant le juge de police de Courtrai à l’agenda du 28 janvier 2014.

Ce jour-là, aucun des deux automobilistes n’était présent à l’audience, et tous deux furent jugés et condamnés par défaut.

Leurs jugements durent leur être signifiés, ce qui prend du temps et n’a été réalisé que le 26 mars : il y a 94 km entre Courtrai et La Louvière mais pour la justice, cela prend deux mois.

Enfin en possession des jugements, Me Redko pouvait faire opposition et l’affaire fut donc refixée devant le même juge de Courtrai, cette fois au mardi 22 avril.

Et même tactique : aucun des automobilistes ne se déplaça et tous deux furent de nouveau condamnés aux mêmes peines de 600 et 360 euros d’amende et 15 jours de déchéance du permis de conduire.

Ces jugements du 22 avril durent à nouveau leur être signifiés, ce qui n’a pas pris cette fois deux mois mais le double. Quatre mois pour signifier le 20 août à Houdeng (La Louvière) et Strépy des jugements rendus le 22 avril à Courtrai.

Il restait à Me Redko à interjeter appel. Le procès en appel fut fixé au 31 octobre dernier. Aucun automobiliste ne se déplaça et leur avocat, sourire aux lèvres, se contenta de rappeler au tribunal que le délai de prescription en matière de roulage étant de 2 ans, ces excès de vitesse du 21 juillet 2012 étaient prescrits depuis déjà le 21 juillet 2014. Et l’acquittement définitif des deux chauffards présumés de l’A17 a été prononcé hier matin.

Ils fonçaient à 184 et 216 km/h et s’en tirent sans rien, ni amende, ni déchéance, ni casier judiciaire, et sans même jamais être venus au tribunal.

Et c’est l’État, cerise sur le gâteau, qui devra en outre prendre à sa charge tous les frais de justice et de procédure.