Faits divers Mais, il reste en prison car le parquet a fait appel de la décision.

Les faits se sont produits le 25 janvier. Émilie, la copine de Florian, avait décidé de porter plainte.

La jeune femme s’était sauvée par la fenêtre du domicile familial de Florian Di Rupo, petit-neveu d’Elio - totalement étranger aux actes dont il est question ici, rappelons-le - alors qu’elle était pieds nus et qu’elle ne portait qu’un soutien-gorge et un pantalon.

La veille des faits, Émilie était allée boire un verre avec des copines. "Elles sont tombées en panne et elle l’a averti. Puis, elle s’est endormie chez une amie. Elle est donc rentrée ce matin", nous avait expliqué Sylvie, sa maman.

Son retour avait été particulièrement houleux. Florian Di Rupo s’en était pris physiquement à sa compagne qui avait dû se rendre aux urgences de l’hôpital de Jolimont. Elle avait des dents et le nez cassés ainsi que le visage tuméfié.

Suite à cette agression, Florian Di Rupo avait été interpellé et placé sous mandat d’arrêt. Nous avons appris que la chambre du conseil de Charleroi a décidé de le libérer. Étant donné que le parquet a fait appel, le jeune homme reste incarcéré jusqu’à sa comparution devant la chambre des mises en accusation.

Pour que son client soit libéré, Me Frank Discepoli avait mis en avant différents arguments qui ont été entendus par la chambre du conseil. "J’ai plaidé le fait que mon client reconnaissait les faits et qu’il était conscient qu’il devait être suivi psychologiquement. J’ai ajouté que sa compagne était arrivée sous influence", nous a précisé l’avocat de Florian Di Rupo.

Ce n’est pas la première fois que Florian Di Rupo a des ennuis avec la justice. Il avait déjà été condamné à deux mois de prison avec sursis et à une déchéance du droit de conduire d’un an avec sursis pour la moitié par le tribunal de police de Charleroi en décembre 2017 à la suite d’un accident qui avait coûté la vie à deux de ses amis.

Il avait également été condamné à 300 heures de travail d’intérêt général par le tribunal correctionnel de Nivelles pour des coups et blessures dans le cadre d’une bagarre en 2014.