Notre information a fait l’effet d’une bombe dans le monde du football ce vendredi : l’inculpation de faux et usage de faux et blanchiment de l’agent superstar Pini Zahavi prouve que la justice belge n’en a pas fini avec le “nettoyage” du milieu.

De son côté, Pini Zahavi se dit surpris de ces révélations. Il réagit par intermédiaire de son avocat, Denis Bosquet.

“Mon client a pris connaissance avec stupéfaction des informations parues ce vendredi sur son inculpation intervenue il y a maintenant plusieurs mois. Il convient de souligner que cette instruction, dans le cadre de laquelle il conteste avec force les charges qui pèsent contre lui, n’est pas terminée et qu’il n’a pas encore eu accès au contenu de son dossier nécessairement incomplet. Il s’agit là d’une nouvelle violation manifeste du secret de l’instruction et de la présomption d’innocence, deux principes, qui il faut une fois encore le rappeler, sont des piliers de notre état de droit”, insiste l’avocat avant de poursuivre.

“Par ailleurs ces révélations portent gravement atteinte à l’honneur et la probité de mon client qui est âgé de 78 ans, et qui n’a jamais été condamné. Ces procédés sont simplement indignes d’un état de droit, et Monsieur Zahavi se réserve expressément le droit de déposer toute plainte utile”, termine Denis Bosquet.

Pour rappel, la justice reproche à Pini Zahavi des opérations réalisées après la vente du club de Mouscron ainsi que des faits supposés de blanchiment dans le cadre de certains transferts.