Une sentence courante en Malaisie que les avocats du pays dénoncent à travers la vidéo de ce dealer battu au sang

KUALA LUMPUR Le postérieur fouetté jusqu'au sang pour avoir vendu de la drogue. Ce prisonnier de Malaisie a subi, comme de nombreux autres, la sentence habituelle et légale dans le pays, qui consiste à fouetter à l'aide d'une canne en bambou les auteurs de viol, les vendeurs et les trafiquants de drogue ainsi que les personnes pénétrant sans autorisation dans le pays.

Les images ont fait le tour du monde. On y voit un homme, solidement entravé sur une sorte de chevalet, recevoir plus d'une vingtaine de coups sur les fesses alors que d'autres attendent leur châtiment.

Les avocats malaisiens ont saisi l'occasion pour protester contre ce genre de pratiques. Le barreau local en appelle d'ailleurs à ce que ces sentences, légitimes dans le pays, soient définitivement abolies, se basant sur le fait qu'elles sont contraires aux droits de l'homme. "Ces pratiques sont contraires à plusieurs conventions internationales. Elles sont inhumaines et dégradantes", proteste le président du barreau, Ambiga Sreenevasan.

Le ministre de l'Intérieur malaisien défend quant à lui cette pratique. Digne des collèges britanniques de l'ère victorienne, elle aurait pour objectif, selon les autorités , de dissuader les vendeurs de drogue et violeurs de tout poil,...

Les vidéos de ce genre de châtiments seraient également utilisées pour des campagnes locales contre la criminalité.

Long de six minutes, le clip a en tout cas provoqué l'émoi à travers le monde. On y voit l'homme, dont l'identité n'a pas été diffusée, hurlant de souffrance au fur et à mesure que le gardien de prison lui assenait des coups, en prenant bien son élan pour marquer davantage la victime.



© La Dernière Heure 2007