Fourniret: sur les traces de l'Ogre des Ardennes

Faits divers

Publié le

Fourniret: sur les traces de l'Ogre des Ardennes
© BELGA

Près de trente années de cavale et de crimes impunis


Ne manquez pas notre dossier sur l'affaire Fourniret. 16 pages spéciales dans votre Dernière Heure de ce mercredi 26 mars


CHARLEVILLE Nom : Fourniret. Prénom : Michel. Profession : serial killer. Né à Sedan le 4 avril 1942 à 1 h du matin.

Fourniret fêtera donc son anniversaire pendant le procès. Cette année, le 4 avril tombe un vendredi.

Sedan se trouve en France, dans le Nord, pas tellement loin de Charleville. La région est mieux connue comme étant celle des Ardennes françaises. C'est d'ailleurs pour cette raison que Fourniret est surnommé l'Ogre des Ardennes ou encore le tueur des Ardennes .

On sait très peu de chose sur son enfance. Tout simplement parce qu'il n'a pas voulu détailler cette tranche de sa vie auprès des enquêteurs.

Fourniret parle peu. Et lorsqu'il s'exprime, c'est après mûre réflexion, pesant le pour et le contre de chacun de ses mots.

En ce qui concerne sa profession, Fourniret n'a jamais été forestier, comme il l'a longtemps affirmé auprès des policiers.

Coup d'éclairage sur ce que l'on sait de son parcours professionnel :

Fourniret a tout d'abord servi dans les commandos de l'air en Algérie, on ne sait pas au juste quel rôle il a joué ni quelle était la nature de ses missions.

Ensuite, Fourniret se tourne vers les métiers techniques. Il est ainsi engagé comme ouvrier fraiseur.

Par la suite, le tueur exerce la profession de menuisier.

Pendant ce temps, en plus de sa vie professionnelle, Fourniret cumule deux autres existences : sa vie privée et sa vie de criminel. Très jeune, Fourniret tombe dans la délinquance sexuelle. Pendant plusieurs années, il commet des faits de voyeurisme mais aussi ses premiers actes de violence. Les premiers méfaits connus, suivis de condamnation datent de 1967. Il a alors 25 ans. Fourniret se rend coupable d'agressions sur une petite fille dans les Ardennes. Il écope d'une peine de huit de mois de prison avec sursis probatoire. La justice l'oblige à suivre une thérapie.

Trois années plus tôt, en 1964, Fourniret s'était marié et avait eu un enfant. Mais suite à cette condamnation, son épouse avait demandé le divorce.

C'est en 1970 qu'il se marie pour la seconde fois. Un garçon et des jumelles naissent de cet autre lit.

Plus tard, un nouveau divorce éclate. Pendant toutes ces années, à savoir durant les années 1970, Fourniret va persévérer dans la délinquance. Et cela dans toute la France, que ce soit à Nantes, Verdun ou ailleurs. Puis, dans les années 1980, Fourniret passe à la vitesse supérieure et est renvoyé pour la première fois aux assises. La personnalité perverse de Fourniret jaillit peu à peu...

Newsletter DH Actu

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info