Attaqué lorsqu'il était dans l'émission Touche pas à mon poste, Francis Lalanne avait quitté le plateau en furie le mois dernier. Selon des informations du Point, il aurait été entendu par la la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP). La justice lui reproche des faits de provocation publique non suivie d'effet, à la commission d'un crime ou d'un délit portant atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation. Et Francis Lalanne risque gros en cas de condamnation: cinq ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende.

Dans une tribune du 22 janvier publié sur le site internet de France Soir, il appelait à la "désobéissance civique contre le totalitarisme du gouvernement. De même, et si de besoin, ajoutait-il, il est du devoir de l'armée française pour assurer la sûreté du peuple français de procéder à la mise à pied des auteurs du coup d'État – c'est-à-dire de l'actuel gouvernement ; et ce, afin de rétablir le droit républicain."

Et le chanteur n'est pas la seule personne visée. Une convocation aurait également été adressée au patron du site France Soir, Xavier Azalbert car il a hébergé la lettre de l'homme de 62 ans. Contacté par nos confrères français, Francis Lalanne n'a pas encore commenté ces informations.