Faits divers

Gaia exhibe un film écœurant tourné dans 11 abattoirs en Belgique

Attention, ces images peuvent choquer la sensibilité de certaines personnes, notamment des enfants

La vidéo insoutenable


BRUXELLES L’organisation de défense des animaux Gaia est connue pour des campagnes médiatiques chocs et des actions qui ne le sont pas moins pour faire respecter la loi sur le bien-être animal et éviter toute souffrance des animaux destinés à la consommation humaine.

Les marchands de bestiaux, les éleveurs de lapins, les poules pondeuses en batterie, le gavage des canards sont autant de croisades menées par Gaia et auxquelles vient s’ajouter celle sur l’abattage rituel.

À la veille de la fête du mouton, l’une des principales fêtes de l’Islam, Michel Vandenbosche, le virulent président de Gaia, a dévoilé une vidéo réalisée par son équipe entre août et octobre 2009 dans 11 abattoirs du pays. Une vidéo réalisée sans trucages et sans fard puisque, contrairement à des campagnes précédentes, les lieux, les pratiques et les gens n’étaient pas filmés à leur insu.

Dans cette vidéo qui dure près de sept minutes, on voit des scènes hallucinantes et écœurantes d’animaux égorgés qui mettent plusieurs minutes à mourir en se vidant de leur sang. Moutons, chevreaux, bœufs, tout y passe. Assurément de quoi devenir végétarien.

Pour Gaia, le but n’est absolument pas de stigmatiser le rituel religieux d’abattage, qu’il soit musulman ou judaïque. “En Belgique, la loi impose que tout animal soit étourdi avant l’abattage, à l’exception des abattages rituels. Ces images sont la preuve des conséquences graves et inacceptables du principe de ne pas étourdir pour les abattages rituels.”

D’autres pays comme la Grande-Bretagne ou la Suisse pratiquent l’étourdissement avec l’assentiment des communautés concernées. “Je ne peux pas imaginer que des croyants, des fidèles puissent accepter de telles pratiques alors que le Coran dit explicitement qu’il ne faut pas maltraiter les animaux.” Et ce, d’autant plus que, d’après les images, on voit très clairement que seul l’égorgement à vif correspond au rite. Toutes les autres caractéristiques (prière, sacrificateur musulman, orientation de l’animal,…) ne sont pas respectées.

“Si j’étais musulmane et que je mangeais de la viande halal, je me sentirais trompée” , conclut Ann De Greef.




© La Dernière Heure 2009