Pour la transparence, on repassera!

AARSCHOT Depuis hier matin, une firme belge connue - Geens-Benelux SA - fait face à la tempête venue de Bordeaux.
Nous rencontrons - dans son bureau, à Aarschot - son directeur, Guy Bergmans: pas plus tard que jeudi passé, cet homme était entendu comme témoin par le SRPJ de Bordeaux. Combatif. ´ Ça a duré une heure! Je leur ai dit - comme à vous - que j'attendais que leur enquête aboutisse au plus vite. Je ne crains pas les résultats. Vous verrez alors qu'il ne restera rien de toutes ces accusations. Le problème, c'est qu'entre-temps, un mal commercial catastrophique aura été fait. Rien que ce matin, nous avons déjà perdu plusieurs commandes.´
Geens-Benelux SA, c'est pas rien! 1,2 milliard de chiffre d'affaires. Une flotte impressionnante de camions - évidemment couleur bordeaux! - sur chacun desquels est associé le nom - mieux connu en Wallonie - des Cidres Ruwet. Ici à Aarschot transitent chaque année cinq millions de bouteilles de bordeaux!

Trente ans que son directeur, Guy Bergmans, traite avec les Vignobles Rocher Cap de Rive: si quelqu'un sait tout,
c'est lui! Des médias français parlent de 700.000 hectolitres fraudés? `Absurde! ´ fait-il. Et d'ajouter: `Tous nos vins sont contrôlés chez nous, en labo, quand nous les réceptionnons: nous n'avons jamais détecté la moindre irrégularité.´
Du coup, nous lui demandons de visiter ses labos. Comme soudain méfiant, Guy Bergmans refuse. Niet catégorique! Nous lui demandons alors où vont ses 5 millions de bouteilles. `En grandes surfaces.´ Lesquelles? Même réponse évasive: ´Vous comprenez, elles n'aimeraient pas.´ Ben non, au fond, nous ne comprenons pas! A moins de retirer au consommateur le droit de savoir. Alors, Bergmans répond par le bon sens. `Frauder? Mais pourquoi? Pour gagner quelques francs? Et perdre le crédit acquis après tant d'années?´