Geoffrey, petite victime de parents indignes

F. D. Publié le - Mis à jour le

Faits divers

Un bain glacial puis bouillant comme punition pour avoir volé quelques bonbons à l'école

CHÂTELINEAU Le comble du sordide a été atteint, mardi soir, au coeur d'un foyer de la rue du Sart Allet, à Châtelineau. Geoffrey, un petit garçon de 8 ans à peine, a bien failli mourir des tortures infligées par son père. L'enfant n'a eu d'autre tort que de voler quelques bonbons ou quelques bons points à l'école, ce qu'il ne voulait apparemment pas avouer à Grégory C., et à sa belle-mère Hélène L.

La punition fut des plus terribles : son père en furie l'a jeté dans la baignoire et l'a aspergé à l'eau glaciale au point de le faire sombrer dans l'hypothermie. Des brûlures marquaient également le thorax du garçonnet : était-ce un moyen tardif de réchauffer le petit corps bleui de Geoffrey ? Toujours est-il qu'à l'arrivée des secours, l'enfant ne respirait plus.

Par chance, les secouristes ont pu le réanimer et l'emmener au CHU de Charleroi où il a été placé en coma artificiel. Aux dernières nouvelles, Geoffrey avait rouvert les yeux et parlé. Son état reste toujours inquiétant mais semble aller en s'améliorant, même si des séquelles psychologiques sont à prévoir.

Le soir des faits, Grégory C. et Hélène L. ont tenté de faire passer tout cela pour une noyade accidentelle dans la baignoire. Mais l'état d'hypothermie du petit et les autres marques sur son corps ont eu tôt fait d'interpeller les urgentistes.

Averti des faits, le parquet de Charleroi a ouvert une instruction.

Mercredi après midi, le couple était privé de liberté et ramené à la rue du Sart Allet pour une reconstitution qui a duré plus de trois heures. Par la suite, les enquêteurs ont encore longuement interrogé les suspects avant d'obtenir leurs aveux.

Hier matin, la juge d'instruction Martine Michel plaçait Grégory C. et Hélène L. sous mandat d'arrêt pour coups et blessures volontaires et tortures sur un mineur sur lequel ils avaient autorité.

Selon toute vraisemblance, les faits de mardi soir n'étaient pas les premières maltraitances subies par Geoffrey. Récemment, une dame avait signalé à la police un enfant avec un oeil au beurre noir dans le bus. Mercredi, les enquêteurs ont fait le lien et ont retrouvé cette personne qui a reconnu Geoffrey sur photo. Par ailleurs, il semble que l'école s'apprêtait à contacter les services sociaux pour faire part de ses inquiétudes.



© La Dernière Heure 2007
F. D.

Betfirst - Livepartners

A lire également

Les articles les + lus de la section

Ailleurs sur le web

Les derniers articles de la section