Comme Jean-Denis Lejeune, le papa de Melissa apporte lui aussi sa pierre à l’édifice Stay At Home.

Pour Gino, “On reste chez soi ! “. Le papa de Melissa rappelle qu’il y a 24 ans aujourd’hui prenait fin le “confinement”, écrit-il, de leurs enfants enlevées huit mois plus tôt par Dutroux et les autres. Il est impossible de lire ce qu’écrit Gino Russo sans avoir les larmes aux yeux alors que “confinemen” demandé aujourd’hui est sans comparaison. “Malgré la lourdeur de l’atmosphère, c’est lors d’une conversation par Messenger avec une jeune femme de Paris que m’est venu le courage de publier ce post.

“A la question « pas trop dur le confinement à Paris ? » , la jeune femme (qui se reconnaitra certainement) me répond : « Nous pensons à Julie et Melissa qui ont été confinées si longtemps en subissant des violences, c’est bien plus dur que nos conditions de confort »

“Aujourd’hui nous sommes le 20 mars, c’est le printemps, alors je pense à Melissa. Le 20 mars c’est la date de la fin du confinement dans la citerne de plus ou moins trois mètres cubes où Julie et Melissa ont été enfermées 106 jours (du 5 décembre 1995 au 20 mars 1996). Une petite fille peut donc vivre 105 jours en confinement dans un espace très très réduit ? 105 jours parce qu’elle décèdera le jour de la fin de son confinement, le 20 mars 1996, jour de la libération d’une personne remise en liberté pour raison “humanitaire” dixit l’ordonnance judiciaire. C’est la seule date que nous avons pour la mort de Melissa, est-elle vraie ? Si oui, elle était seule pour mourir, son amie Julie était morte depuis un certain temps, date que l’on ne connait pas ?