Faits divers "Prendre toutes les dispositions pour obliger les délinquants sexuels à purger leur peine."

Le suivi des délinquants sexuels condamnés fait aussi partie du programme du MR en vue des prochaines élections, dont Gautier Calomne nous explique les principaux aspects. Outre la création d’un registre belge des délinquants sexuels, le député fédéral dit vouloir obliger les délinquants sexuels à purger leur peine.

"Beaucoup de travail a été réalisé sous cette législature avec l’introduction de peines de sûreté qui permettent désormais au juge d’empêcher une libération prématurée notamment pour les infractions terroristes ainsi que pour les crimes à caractère sexuel. Cependant, à la lumière des derniers chiffres disponibles dans notre pays, il faut aller plus loin pour se donner tous les moyens de sanctionner effectivement chaque délinquant sexuel", précise celui pour qui on pourrait aussi revoir le délai de prescription des crimes sexuels.

"Suivre de façon optimale les auteurs de violences sexuelles lors de la libération sous conditions, par exemple, en développant un instrument d’évaluation des risques de récidive. En outre, on pourrait revoir le délai de prescription des crimes sexuels. Il faut aussi prendre toutes les dispositions légales et réglementaires pour que toute personne condamnée pour des faits de violences sexuelles soit obligée de purger sa peine ! Selon moi, il n’est pas admissible que ce type de délinquant bénéficie par exemple d’aménagements de peine avec le risque de croiser sa victime dans l’espace public", s’exclame le député avant d’aller plus loin : "La loi du plus fort, c’est la loi de la justice. Pas des délinquants ! La justice, c’est de la compassion pour les victimes mais c’est aussi la recherche, le jugement et la condamnation des criminels. Il n’y a aucune concession à faire ! "

Le ton est donné.