Le tribunal correctionnel de Liège a examiné un dossier à charge de Vincent, un habitant de Jemeppe. Le prévenu doit répondre de faits de viols, d’attouchements, d’attentats à la pudeur, mais aussi d’avoir fait visionner des films pornographiques à des mineurs. Des faits particulièrement sordides.

L’intéressé faisait venir à son domicile de jeunes garçons sous le prétexte de leur permettre de venir jouer à des jeux pour pouvoir abuser sexuellement d’eux. Lorsque les enfants se trouvaient à son domicile, il leur proposait de leur donner des sommes d’argent entre 5 et 20 euros, contre des faveurs sexuelles. Il leur faisait regarder des films pornographiques avec des hommes avant de leur demander de lui faire une fellation. Il a également offert des crèmes glacées et des cadeaux pour rendre dociles les enfants.

Vincent souffre d’obésité morbide et est incapable d’avoir une relation sexuelle complète. L’expert psychiatre qui l’a rencontré a confirmé que sa sexualité est problématique et qu’il a une attirance pour les très jeunes garçons. Le risque de récidive est important. Les psychiatres soulignent que l’intéressé est immature. Il a également un léger retard mental mais est responsable de ses actes.

Entendu, le prévenu a nié les fellations, mais admis les visionnages de films pornographiques. Le prévenu a déjà été condamné pour le même type de faits. En mars 2001, il avait écopé de 10 mois de prison. Cette fois, il a fait quatre nouvelles victimes âgées d’une douzaine d’années. Le parquet a requis une peine de 3 ans de prison. La défense a plaidé l’acquittement pour les viols et le sursis probatoire pour les autres préventions.