Le parquet a requis vendredi devant le tribunal correctionnel de Liège une peine de 5 ans de prison contre un Liégeois de 51 ans poursuivi pour avoir commis des viols et des attentats à la pudeur sur une fillette âgée de 6 ans.

 Pour se défendre, l'homme a prétendu que c'est la victime qui était demandeuse de tels faits. Trois scènes de viols et d'attentats à la pudeur sont reprochées au prévenu. Elles se sont déroulées entre septembre et décembre 2011 à Ans. Le prévenu d'origine russe avait fait la connaissance de la mère de la victime dans un temple protestant. C'est lors des rares absences de la maman, alors que la victime avait été confiée à sa garde, que le prévenu avait posé des gestes qui sont qualifiés de viols et d'attentats à la pudeur.

Il était notamment question de caresses, de pénétrations digitales et de baisers portés sur les parties intimes. L'homme n'a pas voulu reconnaître qu'il était à l'origine de ces faits. Il a soutenu que c'est la fillette qui l'avait provoqué et qui l'avait convaincu de poser ces gestes.

La fillette a été expertisée par un psychologue qui a confirmé qu'elle était crédible dans sa description des faits. Le prévenu a soutenu qu'elle est parvenue à manipuler cet expert. Il a affirmé que la victime avait connu une expérience similaire et qu'elle jouait à des jeux d'adultes pour avoir de l'argent.

Le parquet a souligné la personnalité perverse du prévenu et a requis contre lui une peine de 5 ans fermes.