Un jeune couple a posté sur Facebook une photo de leur bébé prématuré mort-né.

Gwen (prénom d’emprunt), une jeune femme de 21 ans, était enceinte de cinq mois. Jamais elle n’avait reçu de signe que sa grossesse ne se passait pas bien. Au contraire, tout se déroulait à merveille. Elle avait tenu à faire partager son expérience avec ses proches mais aussi ses amis via Facebook.

Lundi, Gwen mettait encore en ligne un petit film d’elle avec son ventre rond de sorte que le monde entier puisse partager son bonheur. Mais mardi, tout se compliquait subitement. Une hémorragie. Direction l’hôpital. Les urgences. Mais il était trop tard. "Quelques heures plus tard, j’accouchais. Julie n’avait que 22 semaines. Elle n’avait aucune chance. À trois ou quatre semaines près, on aurait pu encore tenter quelque chose. Mais là, pas d’espoir".

Dans cette clinique de Saint-Nicolas où Gwen et son ami vivaient les pires moments de leur jeune existence, ils ont été accompagnés de la meilleure façon. "Nous avons pu regagner notre chambre avec notre bébé et nous avons eu tout le loisir de lui dire adieu." Pour le jeune couple, cet adieu passait par une photo. "Nous avons fait le maximum pour garder le souvenir de Julie. Et nous avons pris des photos parce que nous voulions réaliser un bel album." Par contre, ils ont hésité longtemps avant de les partager sur Facebook. Quand ils se sont décidés à le faire, ils n’en ont publié qu’une seule, où l’enfant n’était pas trop visible. Pour ne choquer personne.

Les réactions ne se sont pas fait attendre. En vingt-quatre heures, 300 personnes ont posté des commentaires. Tous plein d’amour et de compréhension. "Cela nous a beaucoup aidés, réagit le jeune couple. Notre chagrin n’a pas disparu mais cela nous fait du bien de pouvoir partager notre deuil. Et cela nous emplit aussi de fierté de pouvoir dire : regardez comme elle était belle notre fille !"

Pourtant, hier, au moment de mettre leur fille dans un petit cercueil, les parents recevaient un message de Facebook leur demandant de détruire la photo. Des internautes ont en effet signalé le document comme "inapproprié".

Les jeunes parents ont décidé de passer outre. "Si nous pensons que la photo peut choquer, nous la ferons disparaître. Mais c’est dommage. C’était une étape importante pour faire notre deuil. Nous sommes quand même libres d’exprimer notre chagrin comme nous l’entendons !"

© HLN