Faits divers

Le ministre flamand de la Culture et de Bruxelles Sven Gatz (Open Vld) porte plainte contre la star des réseaux sociaux Vargasss92. Le Français avait appelé ses fans à se rassembler mercredi à 16h00 place de la Monnaie à Bruxelles. L'événement à dégénéré. Le bâtiment du centre culturel néerlandophone Muntpunt, dont Sven Gatz a la tutelle, a subi des dégradations.

La star des réseaux sociaux Vargasss92, suivi par des centaines de milliers de jeunes sur Snapchat et Instagram, avait appelé ses fans à se rassembler mercredi à 16h00 place de la Monnaie à Bruxelles. L'événement a attiré de très nombreux jeunes. La manifestation n'étant pas autorisée, la police a voulu disperser la foule, qui a alors pris à partie les forces de l'ordre.

"Nous allons porter plainte avec constitution de partie civile contre l'homme qui a organisé tout cela", a indiqué Sven Gatz mercredi soir. "Dans le monde réel, il y a des lois. C'est peut-être très amusant d'être connu sur les réseaux sociaux, mais si vous venez ainsi quelques jours après les plus graves incidents qu'ont connu la ville ces dernières années, vous devez être conscient de ce que vous avez entrepris. Je me fiche de savoir qui a brisé les vitres du Muntpunt. Vargasss est l'organisateur et il paiera", a lancé le ministre.

Cette fois, Sven Gatz se montre satisfait du travail de la police. "La police semble avoir cette fois-ci estimé correctement la gravité de ce qui pouvait se produire. Ce n'était pas le cas dans la nuit de samedi à dimanche (lors des incidents successifs à la qualification du Maroc pour la coupe du monde de football, ndlr). Il y a eu une heure d'impunité. C'est hallucinant."

Le ministre veut organiser une rencontre avec le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close (PS). "Je lui ferai part de ma grande inquiétude et de celle des autres membres du gouvernement flamand à propos de la ville qui est aussi notre capitale. Je veux savoir s'il est possible de renforcer la culture de la sécurité à Bruxelles. Pour beaucoup de citoyens, il n'est pas encore clair que la police agit dans l'intérêt de tous."

La Ville de Bruxelles compte déposer une plainte avec constitution de partie civile contre "Vargasss92", indique Wafaa Hammich, porte-parole du cabinet du bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close.

Trois personnes toujours détenues

Trois personnes se trouvent encore en détention judiciaire ce jeudi, au lendemain des incidents qui ont émaillé la place de la Monnaie à Bruxelles en fin d'après-midi. 

Vingt-cinq autres personnes qui avaient été arrêtés administrativement ont, quant à elles, été libérées, a-t-on appris auprès de la zone de police Bruxelles-Capitale-Ixelles. 

Ce sont principalement des jeunes qui se trouvaient sur les lieux, à l'appel de Vargasss92, un influenceur et youtubeur français, lorsque la situation a dégénéré mercredi après-midi. Parmi les personnes arrêtées administrativement figurent d'ailleurs au moins 21 mineurs.

La N-VA réclame l'interdiction des rassemblements à Bruxelles

La N-VA réclame l'interdiction des rassemblements à Bruxelles, "au moins pour la semaine prochaine", a indiqué mercredi le député fédéral Koenraad Degroote.

La star des réseaux sociaux Vargasss92, suivi par des centaines de milliers de jeunes sur Snapchat et Instagram, avait appelé ses fans à se rassembler mercredi à 16h00 place de la Monnaie à Bruxelles. L'événement a attiré de très nombreux jeunes. La manifestation n'étant pas autorisée, la police a voulu disperser la foule, qui a alors pris à partie les forces de l'ordre.

"Nous devons à présent utiliser tous les moyens possibles afin de garantir l'ordre public", a réagi Koenraad Degroote. "S'il y a un manque d'effectifs, on peut demander des renforts à la police fédérale. En outre, une interdiction des rassemblements peut-être nécessaire, surtout dans les zones précaires."

"A partir d'un groupe de vingt personnes, nous ne pouvons peut-êre plus faire face à une opposition", a estimé le député nationaliste flamand. "Une interdiction est certainement nécessaire pour la semaine prochaine, afin que le calme puisse revenir."


Il faut rappeler à l'ordre et punir, selon Jambon qui vise "un certain type de jeunes"

L'important aujourd'hui est de rappeler à l'ordre et punir sévèrement les fauteurs de trouble à Bruxelles, a expliqué mercredi le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon (N-VA), qui a pointé du doigt "un certain type de jeunes". Le ministre a pris la défense du travail de la police après les incidents qui ont eu lieu dans le centre de la capitale. "On ne doit pas jeter la pierre à la police. La police doit intervenir quand la situation dégénère. Ce qui doit nous préoccuper maintenant, c'est de savoir comment cela se fait que certains jeunes se retournent contre notre société, une société où ils ont reçu tellement de chances", a expliqué M. Jambon interrogé par la VRT.

"Comment se fait-il qu'à trois jours d'intervalle, on ait de telles rixes? Samedi, il ne faut pas faire un dessin: c'était une fête à l'occasion de la victoire du Maroc. Aujourd'hui, si on regarde les images, on voit un certain type de jeunes et nous devons d'abord punir sévèrement et rappeler ces gens à l'ordre car ce sont des comportements qui ne sont pas acceptés dans notre société", a-t-il ajouté.


La police lance un appel pour recevoir des images des violences commises mercredi

La zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles lance un appel à la population pour identifier les auteurs des violences perpétrées mercredi après-midi aux abords de la place de la Monnaie à Bruxelles. "Si vous avez des images concernant les incidents sur et aux abords de la place de la Monnaie, vous pouvez les transférer via l'adresse suivante zpz.polbru.info@police.belgium.eu afin d'identifier les auteurs", a-t-elle indiqué mercredi soir sur le réseau social Twitter.