Faits divers

Renée Hayne est décédée samedi dernier à 92 ans à la Charrette, une maison de repos de Woluwe-Saint-Lambert.

La défunte, selon ses dernières volontés, devait être enterrée dans le caveau familial avec son mari décédé il y a 27 ans, au cimetière de Bonlez (Chaumont-Gistoux). Du coup, sa fille Yvette a demandé que le corps soit gardé à la morgue de la maison de repos jusqu’à l’arrivée des pompes funèbres gréziennes, ce mercredi.

Mais Dominique Vincent, responsable des pompes funèbres gréziennes, est prévenu par le directeur de la maison de repos que le corps de la défunte a disparu : il a été enlevé par erreur par une autre entreprise de pompes funèbres.

Pis encore : le corps de Renée a été incinéré lundi à la place d’un homme, décédé la semaine précédente, et les cendres ont été dispersées.

"C’est un énorme manque de professionnalisme de la société de pompes funèbres. Le responsable doit réfléchir à changer de métier", regrette Dominique Vincent, qui "soutiendra la famille jusqu’au bout. Ils n’ont fait aucune vérification. Ils n’ont pas regardé le nom et n’ont pas ouvert la gaine. Ils auraient alors vu que c’était une femme et non l’homme qu’ils cherchaient. En Belgique, c’est la première fois que j’entends une telle histoire en 20 ans de métier. Le pire scénario s’est produit. Le corps ne peut pas être récupéré et la famille n’a plus rien."

La famille de la défunte, "qui ne peut pas faire son deuil" après cette terrible erreur, a porté plainte et ira en justice contre les pompes funèbres.

Aucune entreprise de pompes funèbres de Woluwe-Saint-Lambert n'est mise en cause

Contrairement à ce qui a été écrit dans l'édition de ce samedi de la Dernière Heure, la nonagénaire dont le corps a été incinéré par erreur n'a pas été prise en charge par une entreprise de pompes funèbres de Woluwe-Saint-Lambert.