Voici les horribles déclarations de celle qui est déjà présentée comme "une véritable folle à lier"…

La maman du petit Ibrahim – qui aurait eu neuf ans le 18 mars prochain – a été inculpée dimanche soir d’infanticide et placée sous mandat d’arrêt à l’issue de son audition chez la juge d’instruction saisie du chef de meurtre. Décrite comme “une véritable folle à lier”, elle n’a pas manqué de faire des déclarations qui vont dans ce sens.

Selon nos infos, la mère infanticide s’est notamment dit “fière d’avoir tué le fils de Satan” – elle est même allée jusqu’à s’en féliciter copieusement – et “prête à faire de la prison pour ça”.

Vêtue de son imper beige, recroquevillée sur elle-même, le regard relativement méfiant, Mihrab, 33 ans, a prétendu à cet égard voir en son fils… l’incarnation de Satan – un délire qui repose selon elle sur plusieurs visions prémonitoires dont la dernière remonterait au début du mois de janvier dernier – et elle a ajouté que l’enfant était le fruit d’un viol commis par des membres d’une secte – qu’elle n’a pas été en mesure de citer – alors que le père biologique du petit Ibrahim est connu et parti en Syrie.

Mihrab a également précisé comment elle avait mis fin aux jours de son enfant. En substance : “J’ai essayé de l’étrangler avec un foulard mais il se débattait fortement; je l’ai alors agrippé par les cheveux et je l’ai tiré jusque dans la cuisine où je lui ai planté un couteau dans le cou”, en plein dans la jugulaire. Avant de transporter le petit corps inerte dans une valise pour aller l’enterrer dans un bosquet proche de son domicile schaerbeekois.

D’aucuns – parmi la famille de la petite victime qui envisage de porter plainte contre les autorités – estiment aujourd’hui que le drame aurait pu être évité si on les avait écoutés. “Si on ne s’était pas retrouvé en permanence face à un mur”, se désole Véronique, la belle-sœur de Mihrab. Une polémique à laquelle le parquet de Bruxelles a réagi par la voix de sa porte-parole, Ine Van Wymersch: “On tente également de déterminer en interne si ce drame aurait pu être évité. La police mène une démarche identique. Les conclusions de ces recherches seront bien entendu prioritairement discutées avec la famille”.

Reste encore à savoir si la maman du petit Ibrahim sera reconnue responsable ou pas de ses actes, certaines sources se risquant déjà à évoquer un futur nouvel internement au vu de ses lourds antécédents psychiatriques et des nombreux internements qu’elle a déjà subis. Comme à l’accoutumée dans une telle affaire, un expert-psychiatre devrait rendre un premier verdict dans les trois prochains mois.