Un homme a proposé d’offrir 1.000 € à la personne qui permettrait de mettre la main sur l’auteur des faits.

"À votre place, j’aurais honte d’agir de la sorte. Je prie Dieu pour que vous cessiez vos gestes meurtriers, que vous en mesuriez les conséquences. Si ce n’est pas le cas, alors que justice soit faite et que vous soyez sévèrement puni."

Les paroles sont fortes et sont issues d’une vidéo, longue de deux minutes, postée sur les réseaux sociaux par Annabel Geurts après que le chien de son père, Gustave, ait été sauvé de justesse jeudi dernier.

Après ce nouveau triste fait, les habitants du village de Guignies à Brunehaut se sont réunis sur la place ce samedi dans le but de montrer à l’empoisonneur qu’ils étaient déterminés à le retrouver. Un homme, étranger au village mais souhaitant soutenir les propriétaires victimes de ces agissements, a même proposé d’offrir 1.000 € à la personne qui permettrait de mettre la main sur l’empoisonneur.

Un procédé assez étonnant, qualifié par la suite de "symbolique" par le principal intéressé, qui divise toutefois les habitants. "Il ne faut pas vraiment prendre ce message au sérieux", affirme Gustave Geurts. "Je pense que c’est plus pour provoquer un effet psychologique auprès de cette personne qui agit depuis des mois et pour lui faire peur."

Après avoir perdu ses deux chats, Gustave a failli perdre un de ses deux petits chiens. Il a heureusement pu être sauvé par le vétérinaire. "Selon lui, mon chien aurait ingurgité du produit contre les limaces dans une concentration suffisante pour l’empoisonner. Pour toucher les chiens, ce produit est ajouté à un aliment qu’ils aiment. J’ai déposé une deuxième plainte auprès des services de police. On ne va pas se lancer dans une chasse à l’homme mais on en a ras-le-bol."

Après le rassemblement de samedi dernier, un nouveau chien a été retrouvé mort. La commune de Brunehaut a pris en charge son autopsie ainsi qu’une analyse toxicologique. "Je m’étais engagé à le faire il y a un mois et demi si un nouveau décès survenait", explique Pierre Wacquier (PS), le bourgmestre de la commune. "Cette mesure était importante afin de faire face à un problème de sécurité publique".

Les autorités et les habitants attendent maintenant avec impatience les résultats de ces analyses.


"Je l’affirme, il n’y a aucun danger"

Une autopsie du chien retrouvé mort ce samedi a donc été requise par la commune de Brunehaut. Des premiers éléments ont été communiqués par le vétérinaire. "L’estomac du chien ne contenait que du liquide ainsi que quelques organites noirs", révélait Pierre Wacquier. "Ces derniers vont être analysés".

Tout en restant prudent, le bourgmestre affirme que la population ne doit pas se sentir en danger. "Il faut éviter le genre de caricature comme celle des 1.000 € car cela ne sert pas du tout à l’enquête et perturbe les réactions de l’éventuel coupable et des policiers. Il faut passer du sentiment au réalisme et de la rumeur à la discrétion. Je l’affirme, il n’y a aucun danger".

Les résultats de l’analyse toxicologique seront transmis au Parquet afin d’aider l’enquête.