Au final, un de ses amis a été victime d’une véritable expédition punitive.

Les faits remontent à 2013 et pourtant, ils seront une nouvelle fois abordés devant la cour d’appel de Mons ce jeudi.

Ils sont, en effet, deux des trois prévenus à ne pas accepter la décision du tribunal correctionnel de Charleroi qui les avait condamnés à 4 et 5 ans avec sursis.

Dauut et Mesut, des frères, nient en bloc. Tout comme le troisième qui, lui, n’a pas fait appel.

Le modus operandi des trois hommes est quelque peu particulier. Ils avaient convié Ismaël à un rendez-vous afin de discuter. Celui avait décidé d’accepter, mais il avait préféré partir avec deux copains, l’un dans sa voiture, un autre seul.

Arrivés sur les lieux , leurs voitures ont été bloquées par un camion. Ismaël et son passager ont réussi à prendre la fuite. Par contre, le véhicule de l’ami resté seul a été pris en chasse dans les rues de Charleroi. Puis, les trois hommes ont réussi à bloquer le véhicule de Saïd.

S’en est suivie une expédition punitive. La victime a été séquestrée et rouée de coups avant d’être abandonnée, les malfrats repartant avec sa voiture.

Si les deux frères qui n’ont pas d’antécédent affirment ne pas être impliqués dans ce dossier, l’ADN de l’un d’eux a été retrouvé sur les vêtements en sang de Saïd.

Frank Discepoli, l’avocat de l’un des frères, devrait évoquer le délai raisonnable.

Selon lui, la durée de la procédure n’est aucunement la faute de l’un des prévenus.