Faits divers

Ismael, le propriétaire de la Peugeot volée par les assassins de Kitty, se dit soulagé et remercie la police

LOT Depuis samedi soir, Ismael est un homme soulagé... Alors qu'il était à une réception, à Beersel, il a appris la bonne nouvelle. "J'étais justement avec le collègue de Kitty lorsque le commissaire de Beersel nous a avisés", explique Ismael. "Je suis délivré d'une terrible angoisse. C'est un stress qui est tombé."

Lorsque les malfrats sont rentrés chez lui, le 4 décembre dernier, pour lui voler les clés de sa Peugeot 307, Ismael avait tenté de se défendre. Mais malgré sa maîtrise du karaté, il n'avait pas pu résister bien longtemps aux auteurs armés.

Trois balles l'ont atteint dans les jambes.

Son état a été longtemps jugé critique, mais à présent Ismael est sur la voie de la revalidation. "Elle va être longue, je le sais. Je ne peux pas passer une seule journée sans prendre des antidouleurs. Je suis incapable de reprendre mon travail."

Ismael ne trouve pas les mots pour remercier les enquêteurs. "Nous sommes tellement heureux. Nous les remercions, c'est un travail superbe."

Depuis l'attaque, Ismael avait tenté de se tenir au courant de l'évolution du dossier. "On me disait qu'il avançait bien, sans plus. Mais je trouvais que cela prenait du temps. Beaucoup trop de temps. J'avais des questions, mais pas de réponse. Maintenant, je comprends mieux ce silence. Me parler aurait pu nuire à l'enquête."

Après le choc subi, Ismael vivait dans le stress et il n'était pas le seul dans son giron familial. "Mes enfants aussi. Je savais, enfin je me doutais, que ces malfrats n'allaient pas revenir chez moi. Je n'avais pas peur de ça. Mes enfants, par contre, craignaient de revivre ce cauchemar... Nous avons tous très mal dormi pendant un mois et demi."

Espérant pouvoir définitivement tourner la page et passer à autre chose, Ismael a tout de même encore une attente : celle de pouvoir être entendu lors du procès.



© La Dernière Heure 2008