Faits divers

Ce jeudi 17 octobre, le tribunal d’application des peines devra décider s’il accepte ou non la formule de Bruno Dayez, l’avocat de Marc Dutroux. A savoir la désignation d'un collège de cinq experts qui devront se prononcer sur la dangerosité de son client.

Me Dayez a déjà proposé trois noms de psychiatres et psychologues au parquet. Les deux autres noms seront laissés au choix de ce dernier. Il s'agira d'une première étape dans la libération conditionnelle de Marc Dutroux.

En tant que partie civile, Jean Lambrecks, le papa d'Eefje, a déjà annoncé qu'il serait présent à l'audience: “Je veux que Dutroux soit présent quand je prendrai la parole. Comme ça je pourrai lui dire que je réclame toujours la vérité”, explique t-il dans Het Nieuwsblad.

"Pour les dossiers de Michel Martin et Michel Lelièvre, le tribunal d’applications des peines n’a prêté aucune attention à l’attitude des condamnés vis-à-vis des parties civiles. Le fait qu’ils ne montrent pas le moindre respect par rapport aux victimes devrait pourtant être une raison pour refuser leur libération. C’est ce qui est explicitement écrit dans la loi”, s'est offusqué le papa d'Eefje auprès de nos confrères.