Le tribunal a souligné que l’enfant avait changé de version.

Jean-Marie, 50 ans, a été acquitté par le tribunal correctionnel de Liège alors qu’il était soupçonné d’un viol sur une jeune fille de 11 ans.

Le tribunal a relevé que la fillette avait changé de version. Elle a déclaré avoir été victime d’une sodomie alors qu’elle ne l’avait pas dit la première fois.

Le 16 novembre 2012, une plainte a été déposée à l’encontre du quinquagénaire par son ancienne épouse. Elle a déclaré avoir reçu les confidences du fils de Jean-Marie. Le jeune homme a expliqué que son père avait commis un viol sur sa petite amie. Il a déclaré que son père l’avait forcé à s’accuser à sa place. Jean-Marie était un collègue du père de celle-ci. Il a dormi à plusieurs reprises au domicile de son collègue qui avait deux filles.

Selon la jeune fille âgée de 11 ans, entre la fin 2010 et 2011, il aurait profité de cette proximité pour la violer.

Le prévenu a nié. "Elle ment. Elle voulait se détacher de son père. Mon fils qui prétend que je lui ai dit de s’accuser ment aussi."

La sœur de la fillette a expliqué qu’elle avait vu l’homme commettre des attouchements sur sa sœur. "C’est un mensonge. Je ne sais pas pourquoi elle dit cela."

Concernant son fils, le prévenu n’était pas plus tendre. "C’est un menteur. Il prenait de la drogue, je refusais. C’est pour cela qu’il m’a accusé."

Après les faits, le père de la jeune fille l’a agressé avec une clé à molette. "Il m’a agressé parce qu’il me devait de l’argent", a répondu l’homme qui n’a jamais déposé plainte.

Son autre fils l’a accusé d’avoir commis des actes pédophiles sur lui. "Il ment aussi. Il est homosexuel et veut devenir une femme. C’est pour cela qu’il m’accuse."

En 2001, le prévenu a été condamné par la cour d’assises de Namur pour avoir violé un très jeune enfant. Il a également écopé de 2 ans de prison ferme devant la cour d’appel de Liège pour faits de mœurs.

Le tribunal a relevé que malgré des éléments troublants, il ne pouvait déclarer le prévenu coupable avec certitude.