Faits divers Durant l’été 2013, le scandale aux faux voyages avait fait 115 victimes dans la communauté turque.

Selon nos informations, le parquet de Bruxelles poursuit au pénal trois dirigeants d’agence de voyages, et ce, plus de cinq ans après le scandale de l’été 2013 ayant fait pour victimes en Belgique plusieurs dizaines de familles appartenant pour la plupart à la communauté turque.

L’une des agences, Jet Travel - située rue des Coteaux à Schaerbeek - bien que déclarée en faillite depuis des mois, avait continué de vendre des vols et des séjours en hôtel qui n’avaient aucune valeur.

Les clients, catastrophés, apprenaient leur déveine à l’aéroport ou au moment de séjourner dans l’hôtel en Turquie qu’ils pensaient avoir réservé.

La police avait dû intervenir à Schaerbeek. Excédés de voir leurs vacances en famille tomber à l’eau, les clients arnaqués, en rogne, avaient fini par saccager la devanture de l’agence.

Cinq ans et demi après, le parquet poursuit finalement trois dirigeants, deux hommes et une femme âgés de 38, 40 et 48 ans, pour des dizaines d’escroqueries et de détournements, faux et infractions aux lois sur les sociétés commerciales, notamment en matière de faillite.

Devant le juge correctionnel, C.Y., E. D. et I. S. se défendront d’avoir escroqué au total 115 victimes, entre le 4 juillet 2012 et le 24 août 2013. L’affaire éclatait ce jour-là, plongeant les familles dans le désarroi, obligeant la police à protéger les gérants menacés et que certains harcelaient jour et nuit pour récupérer leur argent. Ils seront défendus par les pénalistes Morgan Bonneure, Olivier Martins et Ousmane Dombel. Ceux qui ont pu être contactés se refusaient à tout commentaire.

Le procès aura lieu dans quatre mois.

Selon le ministère public, l’affaire met en cause Jet Travel située à l’époque rue des Coteaux à Schaerbeek. Jet Travel a continué pendant des mois à vendre des vols et des réservations d’hôtel sans licence puisque la société était en faillite.

Chaussée de Haecht ensuite, la société Efes Voyages validait les billets et faisait les confirmations pour Jet Travel. Enfin la comptabilité de Jet Travel était mélangée à celle d’une troisième société, Jet Holiday dont le siège se trouvait à la même adresse que Jet Travel, rue des Coteaux.

Cent quinze familles n’ont pas oublié. Leurs vacances de l’été 2013, qu’elles avaient pour la plupart réservées à Bodrum et Antalya, avaient viré au cauchemar. Si le préjudice global était en 2013 "difficile à chiffrer", l’enquête a établi qu’il dépassait 175 000 euros.

Plusieurs familles, qui attendaient ce procès sans plus trop y croire, se constitueront parties civiles.