Au surlendemain de son opération à la mâchoire, Christophe Decoster récupère tant bien que mal. Il a recommencé à parler et entame désormais une longue revalidation. Pendant plusieurs semaines, il devra s’alimenter à la paille.

Dimanche, il a été agressé par des pseudo-supporters à l’issue du match remporté 1-3 par le FC Lasne sur le terrain du FC Limelette, en Brabant wallon. Avec un bilan très lourd : double fracture ouverte de la mâchoire. À 36 ans, il ne remontera sans doute jamais sur un terrain de football.

Selon l’entraîneur du FC Limelette, Christophe Decoster a été agressé par des jeunes extérieurs au club. "Ce sont des jeunes de la cité qui assistent aux matches car il s’agit d’un événement dans la cité, explique Saïd Albahtouri. Il ne s’agit pas vraiment de supporters, mais d’une dizaine de jeunes de 17-18 ans qui se rassemblent à l’occasion."

Et l’entraîneur limelettois, qui affirme déplorer tout acte de violence, estime néanmoins que le capitaine de Lasne a usé de provocations envers les jeunes qui l’ont agressé. "Je suis navré de ce qui lui est arrivé mais c’est aussi arrivé par sa faute, assure Saïd Albahtouri. Tous les joueurs sont retournés au vestiaire. Lui a fait demi-tour et a tenu des propos racistes à l’égard des jeunes. Il a dit : Vos mères, à une autre époque, étaient nos esclaves ! À partir de là, les jeunes sont devenus fous furieux et il était impossible d’intervenir. Je ne cautionne pas les faits. C’est triste d’en arriver là mais ce n’est pas malin de provoquer les gens par des propos racistes. Il n’y a pas de fumée sans feu."

Des propos qui font évidemment réagir le FC Lasne. "L’entraîneur de Limelette essaie de se dédouaner des faits qui ont été commis tout en les justifiant, déplore Philippe Saussu, administrateur. C’est totalement inadmissible. Christophe Decoster n’a jamais insulté les supporters. Encore moins avec des propos racistes. Selon l’entraîneur, Christophe mérite ce qui lui arrive. Mais qu’est-ce qui peut mériter de tabasser un joueur de foot ?"

Une enquête est ouverte pour tenter d’identifier les auteurs des coups. Le FC Lasne envisage de se porter partie civile. "Dans certains stades, le climat est vraiment délétère. Peut-être est-ce aux autorités communales ou policières de faire cesser cela", conclut Philippe Saussu.

Par ailleurs, l’arbitre de la rencontre, choqué par ces faits mais aussi "pour des raisons personnelles" selon l’Union belge, a décidé de démissionner.