Elle était également poursuivie pour le blanchiment de 286.104 euros mais le tribunal correctionnel d'Anvers l'a acquittée sur ce point. Le parquet avait requis 15 mois de prison. L'homme d'affaires néerlandais Jacobus P., propriétaire d'une friterie connue à Anvers, avait déposé plainte en mai 2013 à l'encontre de Mme De Meulemeester. Le sexagénaire était autrefois un grand admirateur de l'ancienne Miss, qu'il couvrait de cadeaux. Après une brouille entre eux, il disait s'être senti obligé de lui donner de l'argent, de l'or et des produits de luxe. Au total, il lui aurait donné plus de 2,8 millions d'euros.

Une enquête a été menée et a abouti au renvoi d'Ilse De Meulemeester devant le tribunal pour faux en écriture et blanchiment d'argent. Les poursuites pour escroquerie et extorsion ont, elles, été abandonnées.

Pour le procureur, l'enquête a mis le doigt sur des transactions financières suspectes. Ainsi, Mme De Meulemeester avait vendu deux kilos d'or pour 76.400 euros et avait produit un document expliquant qu'elle avait reçu l'or d'une amie, ce qui n'était pas le cas.

Elle avait aussi vendu des pièces de monnaie anciennes et de l'or ancien, pour 45.000 euros. L'acheteur mentionné sur les notes de frais a affirmé n'avoir jamais acquis ces biens. L'ancienne Miss Belgique avait également reçu un versement de 30.000 euros, expliquant d'une lettre qu'elle avait reçu cette somme d'une amie mais cela s'est avéré faux. Enfin, un transfert de 134.704 euros à un garage Porsche avait paru suspect.

Le tribunal a finalement estimé qu'il était prouvé à suffisance que Mme De Meulemeester s'était rendue coupable de faux en écriture. Il l'a cependant acquittée des charges de blanchiment. La requête de Jacobus P., qui demandait des dommages et intérêts, a été jugée recevable mais non fondée.