Faits divers

Crédité d'au moins 583 cambriolages de propriétés, Beaupain projette un guide des... 501 bonnes adresses !


L'alphabet des cambrioleurs

BRUXELLES Crédité depuis les années 1990 d'au moins 583 cambriolages de propriétés, villas, châteaux et belles demeures, Yves Beaupain, par les médias surnommé depuis 15 ans l'Arsène Lupin belge, décide de raccrocher. "Désormais , confie-t-il à la DH à sa sortie de prison, je veux racheter mon âme."

Son unique interview avec photo, le 5 février dernier, lui avait porté malheur : le lendemain, la police fédérale débarquait chez lui, à Bruxelles, et l'embarquait pour la prison d'Audenarde.

Prison... pour rien : Beaupain libéré lundi passé a fait exactement trois mois, le temps pour le tribunal correctionnel de décider qu'une peine déjà prononcée en 1999 pour des faits vieux de 1996 englobait celle qu'il aurait éventuellement encore pu prononcer après autant d'années. L'Arsène Lupin incarcéré pour rien après un article de presse est donc sorti libre. Mais il interjette appel. Pour prouver, dit-il, l'acharnement policier. Ce qu'il veut, c'est l'acquittement. Il s'agissait d'un château, sa spécialité pourtant, où avaient disparu des toiles de maître, une demi-douzaine de tapisseries d'époque, deux montres, une Rolex et une Jaeger, et un carnet mondain.

Hier, à une terrasse du Sablon, Beaupain n'a que ces mots à la bouche : l'acharnement de deux policiers, toujours les mêmes depuis des années, comme s'il n'y avait qu'eux en Belgique. Beaupain parle de manipulation et d'intoxication : "J'ai la rage. La haine me ronge." Il en veut au système; change encore d'avocat.

Le nouveau, Koen Krikilion, son huitième, est chargé de déposer plainte à Bruxelles et de se constituer partie civile contre ces policiers, ou l'un d'eux, pour dénonciation calomnieuse, violation du secret de l'instruction et association de malfaiteurs : à la mesure de son palmarès, le recordman belge de la cambriole fait volontiers dans l'excès.

Mais c'est fini, dit-il : un projet le pousse plutôt à l'écriture. Peu de chances qu'il trouve jamais un éditeur : "Le Guide des 501 adresses à visiter en Belgique." Par "adresses", chacun, bien sûr, a parfaitement compris. Pourquoi 501 ? La 501e, dit-il, est un château mosan propriété d'un richissime original hollandais éleveur de sauriens. Beaupain s'est visiblement documenté. Il en salive d'avance : "En fait, ce qui vaudrait vraiment le déplacement, c'est ce que ce monsieur possède du côté d'Aruba."

Incroyable Beaupain que la police belge soupçonne pourtant d'avoir planifié en 2007 une visite de la propriété d'Alexandre de Belgique et de la princesse Léa. En 1995, d'avoir braqué une banque avec trois complices à Courtrai : "S'y mettre à quatre pour un hold-up ? L'aurais-je fait, c'eût été seul. À quatre, il faut partager : t'as même plus rien pour payer ton avocat."

Qui encore vous cite de mémoire l'adresse exacte d'un très, très proche conseiller d'Albert II, home-jacké en 2000, ce qui rend à la fois songeur ("mais j'étais en prison..." ) et perplexe quant à cette promesse de se ranger : l'Arsène Lupin n'a toujours que 52 ans. Et la justice ne lui attribuait que de 22 à 24 ans de délinquance.



© La Dernière Heure 2008