Cinq jours après son premier contact vidéo avec sa mère biologique, Coline Fanon (dont nous vous racontons l'histoire incroyable ici) crée le collectif Racines perdues. Au cours de ses recherches, elle entre en contact avec de nombreuses personnes dans la même situation qu’elle. Elle se rend à la police pour être entendue comme victime et dépose plainte contre X, pour enlèvement, faux et usage de faux, escroquerie à l’adoption, "et tout ce que la justice jugera bon d’ajouter". D’autres victimes présumées ont fait de même…

En 2018, le parquet fédéral belge ouvre une enquête. Le nombre de victimes belges, françaises et hollandaises fait état de plusieurs centaines de cas. L’enquête est toujours en cours.

En mai 2019, le scandale éclate en Belgique. L’association Hacer Puente, qui a géré l’adoption de Coline, est citée, sur les réseaux sociaux puis dans la presse. Le nouveau directeur de l’Unicef n’est autre que l’ex-trésorier de Hacer Puente. Il sera licencié.

On reproche à l’association belge d’avoir à tout le moins agi avec légèreté. La question est de savoir si elle participait à un trafic d’enfants et à des fraudes à l’adoption entre 1985 et 1995.

Présumés innocents

À nos confrères du Nord Éclair, l’ex-présidente de Hacer Puente a assuré n’avoir jamais agi de façon illégale, sauf pour un cas où une mère, victime d’un viol collectif par des soldats, voulait que l’enfant disparaisse. Elle avance aussi qu’à l’époque, la législation autour de l’adoption était beaucoup plus flexible, une simple signature de la mère biologique suffisait. Elle affirme enfin n’avoir, à l’époque du moins, jamais douté de l’honnêteté d’Ofelia de Gamas, l’organisatrice de la filière, ni de ses intentions de sauver des enfants.

À ce stade, les membres de l’association restent présumés innocents.

Une association d’aide aux victimes et un livre : Maman, je ne suis pas morte

L’association Racines perdues, créée par Coline Fanon et animée par 11 bénévoles, a déjà permis à une quinzaine d’adoptés guatémaltèques de retrouver leurs parents biologiques. Coline interpelle aussi le monde politique, tant à Bruxelles qu’à La Haye. " Je souhaite une commission d’enquête parlementaire belge sur les adoptions dans les années 1980. Que l’on tire les leçons et qu’on comble les manquements dans les cadres légaux. " La chaîne américaine NBC Universal a consacré un long reportage à Coline. Il est nominé aux Emmy Award 2020. En septembre, elle sortira son livre, aux éditions Orion : Maman, je ne suis pas morte. "Je retrace mon parcours de vie, mes recherches, mes découvertes. J’évoque le trafic d’enfants, le déracinement…"