Faits divers

L’objectif de l’expertise psychiatrique demandée est d’en avoir le coeur net sur son éventuelle dangerosité, estime l'avocat de Marc Dutroux

Invité sur le plateau de Jeudi en Prime sur la RTBF, Maître Dayez a indqué, ce jeudi soir, qu’il était “inenvisageable de replonger Marc Dutroux dans la société civile. Il faudrait créer une solution spécifique à ce cas exceptionnel permettant de garantir la sécurité publique et de le garantir contre toute menace de représailles. On ne peut passer de 26 ans d’isolement à une libération dans la société sans garde-fou, sans garantie.”

Selon Maître Dayez, Marc Dutroux fait “certainement” preuve de regrets “mais il n’a pas l’occasion de l’exprimer”.

Quant au qualificatif de monstre attribué à Dutroux, il l’irrite fortement. “Ce n’est certainement pas un monstre, précise Maître Dayez. Personne ne peut être qualifié de monstre. Vous avez des gens qui ont commis des actes plus ou moins abominables pour lesquels ils ont été plus ou moins sévèrement condamnés. Mais cela reste des personnes. Personne ne peut perdre son humanité.”

Une grande majorité des citoyens belges estime pourtant que le plus célèbre et méprisé des détenus belges est un psychopathe. “La population est convaincue qu’il s’agit d’un psychopathe, c’est-à-dire de quelqu’un qui est inamendable et inréinsérable dans la société. Donc quelqu’un qui n’est pas susceptible d’évolution. On nie la capacité d’évolution d’un humain sur un quart de siècle. C’est quelque chose contre laquelle je m’érige même si je n’ai pas compétence à poser un diagnostic psychiatrique. L’objectif de l’expertise psychiatrique demandée est d’en avoir le coeur net sur son éventuelle dangerosité et, accessoirement, de savoir si le régime de détention qu’on lui fait subir a déteint sur son état mental.”