Faits divers

L’avocat du routier néerlandais dont le camion a écrasé un gilet jaune il y a huit jours à Visé, critique la police belge. "Pourquoi ne dégage-t-elle pas ces criminels ? Ils portaient des cagoules et ont attaqué le camion avec des barres de fer. Dans un pays civilisé, ces faits sont punissables."

Avec sa compagne Jaqueline et une vingtaine de manifestants, Roger Borlez, 49 ans, se trouvait sur la bande de circulation de l’E25 en direction de Maastricht. Protestant contre la hausse du diesel et la "politique des riches", ils installaient un barrage filtrant qui visait les poids lourds.

Hier, Richard Wagemans, l’avocat du routier dont le Scania a tué Roger Borlez, a accepté de répondre. "Honnêtement : mon client n’a pas vu un seul gilet jaune. Le routier est une victime d’une bande de malfaiteurs. Je ne peux pas les nommer autrement. Soudain, sur un tronçon de l’E25 qui n’était pas éclairé, il y avait devant lui une voiture à l’arrêt. Mon client s’est arrêté et a abaissé sa vitre. Il a demandé s’il pouvait aider. Avant d’avoir compris ce qui arrivait, entre 10 et 20 individus couraient