"Je ne compte pas lui interdire l'accès au palais de jusitce" annonce le bâtonnier de l'ordre francophone du barreau de Bruxelles

Ce mardi, nous vous révélions les trois nouveaux chefs d'inculpation pour lesquels le parquet de Bruxelles compte demander le renvoi de l'avocat star, Olivier Martins, devant le tribunal. Une information qui a fait l'effet d'une bombe au palais de justice même si la rumeur courait déjà depuis plusieurs jours.

Le réquisitoire du parquet aura-t-il un impact sur la carrière du pénaliste à l'accent de Perpignan ? C'est la question que beaucoup se posaient au lendemain de nos révélations. La réponse est non. Du moins pas dans l'immédiat. Tant que le pénaliste reste présumé innocent, il peut continuer d'exercer sa profession. C'est la politique menée par le nouveau bâtonnier de l'ordre francophone du barreau de Bruxelles, Michel Forges. Contacté par nos soins, Michel Forges réagit à l'affaire dite Martins.

" Je ne compte pas lui interdire l'accès au palais de justice, c'est ma politique générale.Je considère que je ne peux pas demander à un avocat de faire un pas de côté tant qu'il bénéficie de la présomption d’innocence. C'est un principe fondamental de notre démocratie. C'est une valeur très importante même si de graves suspicions pèsent à l'encontre d'un avocat, je ne peux pas me permettre de l'écarter tant qu'il n'est pas condamné. Ce serait trop facile sinon, on donnerait ainsi un pouvoir terrible aux juges d'instruction qui voudraient écarter des avocats qui les dérangent. Nous ne sommes pas dans un régime totalitaire", ajoute le bâtonnier Michel Forges.

Et ce dernier de préciser qu'il laisse cependant le choix aux avocats qui connaissent des ennuis judiciaires de prendre eux-mêmes ou non leurs distances avec leurs clients et le palais de justice. "C'est à l'avocat de décider de le faire, pas à moi, à ce stade", termine le bâtonnier.