Tuée à son cinquième cambriolage en Espagne

BRUXELLES Selon les renseignements qui ont circulé en Espagne, tout indique que Mme Bernadette Lepièce craignait pour sa sécurité. La Belge, qui vivait seule à Torrevieja, avait déjà subi quatre cambriolages ou tentatives.

Bernadette avait fait renforcer la protection de sa vivienda. Elle avait demandé à un voisin de lui prêter son chien. Le chien se trouvait d'ailleurs sur place au moment du meurtre.

De l'enquête, rien n'a jamais filtré. La scène du crime fut passée au peigne fin; des prélèvements d'ADN furent effectués. Pour la guardia civil, il n'était pas exclu que "le vol soit le mobile, ou alors une vengeance pour motif économique, dettes".

Le corps avait été trouvé dans une mare de sang, par ce voisin qui lui avait prêté son chien et s'était étonné de ne pas la voir.

Aucune trace d'effraction n'avait été constatée.

Du temps de ses premières activités, Bernadette avait travaillé à Bruxelles à l'Espace Bizarre de la chaussée de Vleurgat.

Nous retrouvons de vieux extraits de ses dépositions mettant en cause l'avocat Maître D., connu pour avoir défendu plusieurs militants du Front de la jeunesse , et qui fut aussi un avocat discret de la bande Haemers : "J'ai rencontré Me D. au départ comme avocat quand je me prostituais. Dans le cadre de ces contacts, il a été rapidement amené à me faire travailler pour lui. Il m'a fait travailler comme une effrénée, au point que je lui rentrais jusqu'à 500.000 francs belges (12.500 euros) par mois. Après sept ans de soumission, ayant subi des menaces, j'ai décidé de mettre fin à tout cela et j'ai déposé plainte. [...]."



© La Dernière Heure 2009